Un nouveau composé pour lutter contre l’obésité ?

Un agent anti-obésité, le célastol, vient d’être reconnu efficace. Derrière ce composé miracle se cache en fait…une plante chinoise aux multiples vertus thérapeutiques. Explications.
© Istock

Une recherche menée par une équipe d’experts du Boston Children’s Hospital vient d’identifier une nouvelle solution pour lutter contre l’obésité. Il s’agit du célastrol, extrait d’une plante chinoise, reconnue comme agent anti-obésité puissant, et qui ne manque pas de bienfaits. Présentée dans la revue Nature Medicine, cette découverte s’avère être un bon moyen de réguler la faim pour les patients en surpoids. Si cette plante est efficace pour vaincre l’obésité, elle semblerait aussi porter ses fruits comme traitement complémentaire contre l’arthrite et en prévention du cancer.

Le célastrol, pour une perte de poids de 45 %

Extrait de la plante chinoise Tripterygium wilfordi (vigne du dieu du tonnerre en français), le célastrol est utilisé depuis des décennies en médecine traditionnelle chinoise pour traiter certaines inflammations. Tout aussi efficace pour traiter l’arthrite, le célastrol a permis, dans le cadre de l’étude de réduire de près de 80 % la consommation de nourriture chez des sourisobèses, entraînant ainsi une perte de poids de 45 %. En effet, le célastrol favoriserait la sensibilité du cerveau à la leptine, l’hormone de la satiété. Aujourd’hui, le composé est testé dans le cadre d’essais cliniques de phase 1.

Le célastrol génère une inflammation bénéfique

Ces essais cliniques démontrent que le célastrol agit via une activation pro-inflammatoire, en favorisant la présence d’un récepteur appelé IL1R1. D’après les chercheurs de l’étude, c’est en supprimant ce récepteur que l’effet de sensibilisation à la leptine disparaît. Et pour cause, les souris manquant de IL1R1 perdent tous les bienfaits métaboliques du célastrol, à savoir la régulation de la faim, mais aussi la gestion de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2. « Nos travaux ont montré que c’est probablement le dysfonctionnement des voies de signalisation pro-inflammatoire qui contribue au développement de l’obésité et du diabète de type 2 », déclare le Dr Ozcan, auteur principal de l’étude. Au vu des résultats de l’étude, il semble y avoir un réel lien entre l’inflammation et le surpoids : les voies pro-inflammatoires via lesquelles agit le célastrol s’avèrent en réalité nécessaires à la régulation du glucose dans l’organisme.

 

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Obesite, Surpoids, Diabete