Tuberculose : campagne de dépistage dans un lycée de Melun

© Creative Commons

Une campagne de dépistage d'urgence est organisée au lycée Jacques-Amyot de Melun, en Seine-et-Marne. Les autorités sanitaires craignent un foyer de tuberculose.

PUB

Un foyer de tuberculose  au lycée Jacques-Amyot de Melun (Seine-et-Marne) ? C'est ce que craint l'Agence régionale de Santé (ARS) d'Ile-de-France. Elle organise en urgence une campagne de dépistage de cette maladie infectieuse. Plusieurs cas se sont déclarés dans l'établissement, depuis quelques mois.

Ce protocole, révélé par nos confrères de La République de Seine-et-Marne, est coordonné par la Cellule de lutte anti-tuberculose du département. Après avoir mené "une minutieuse enquête", la CLAT 77 va réaliser le dépistage sur les personnes qui pourraient avoir été exposées au bacille tuberculeux.

PUB
PUB

Pour cela, deux examens sont réalisés. Le premier consiste à "administrer au niveau cutané un mélange d'antigènes issus de la bactérie", expliquait récemment à E-Santé le Dr Laleh Majlessi, chercheuse à l'unité de pathogénomique mycobactérienne à l'Institut Pasteur (Paris). Le second examen est une radio des poumons, qui permet d'observer les dégâts occasionnés par la bactérie dans ces organes.

Une situation inhabituelle

Ces examens sont essentiels car la tuberculose peut rester latente pendant des mois, voire des années. Elle n'est alors pas contagieuse. Mais un traitement peut permettre de l'éradiquer avant même qu'elle ne provoque des symptômes, qui apparaissent lorsque le bacille se multiplie.

En France, la tuberculose est de moins en moins fréquente. On dénombre quelque 5 000 cas chaque année. La majorité survient en Guyane, en Île-de-France et à Mayotte. Deux populations sont particulièrement touchées : les personnes sans domicile fixe et celles qui sont incarcérées.

Mais depuis quelques mois, plusieurs établissements scolaires ou accueillant de jeunes enfants ont connu des cas de tuberculose. Une situation anormale qui nécessite une action rapide.

Publié le 16 Avril 2018
Auteurs : Audrey Vaugrente, journaliste santé
PUB
PUB

Contenus sponsorisés