Trop de sel, plus de cancers
Sommaire

Prévention du cancer de l'estomac

Les Japonais n'ont pas l'exclusivité de l'Hélicobacter pylori. Plus de la moitié des Français sont aussi concernés par cette bactérie. Cela nous permet de tirer plusieurs conclusions pratiques de cette étude :

  • tout d'abord, trop saler ses aliments n'est bon ni pour le coeur, ni pour l'estomac : cela nous fait une raison de plus de nous méfier du sel ;

  • ensuite, en cas de douleurs persistantes à l'estomac, il est important de consulter son médecin : celui-ci pourra prescrire une recherche d'Hélicobacter pylori et proposer un traitement antibiotique si nécessaire.

    La prévention du cancer de l'estomac passe en effet par le traitement des ulcères d'estomac par deux antibiotiques, l'éradication de l'Hélicobacter pylori permettant d'empêcher l'évolution vers le cancer. Il s'agit donc d'un cancer « infectieux », comme c'est le cas pour les virus de l'hépatite C et de l'hépatite B dans le cancer du foie ou pour le papillomavirus dans le cancer du col de l'utérus. Et comme pour ces deux autres types de cancers, l'association agent infectieux et agent toxique est délétère :

  • alcool et virus de l'hépatite pour le cancer du foie,

  • tabac et papillomavirus pour le cancer du col de l'utérus,

  • et maintenant sel et Hélicobacter pylori pour le cancer de l'estomac.
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : K Shikata. Int J Cancer 2006 ; 119 :196-201.