Téléphone portable : il augmente l’activité du cerveau

Il existe autant d’études innocentant le téléphone portable que d’études rapportant un risque accru de tumeurs cérébrales chez les gros utilisateurs du téléphone portable. Une étude américaine apporte un nouvel éclairage sur les risques du téléphone portable pour notre cerveau

PUB

Le téléphone portable a des effets mesurables sur le cerveau

Au delà de 50 minutes d’utilisation d’un téléphoneportable, la consommation de sucre augmente dans la zone cérébrale située en regard de l’antenne du téléphone. Cela signifie que le champ électromagnétique du portable accroît l’excitabilité du cerveau.

Pour parvenir à cette conclusion, une équipe de chercheurs américains a demandé à 47 volontaires de placer un téléphoneportable, tantôt sur l’oreille droite, tantôt sur la gauche, avec le téléphone activé, puis désactivé. Pendant ce temps, la consommation de sucre par leur cerveau a été mesurée : une différence de 7 % a été retrouvée entre la zone cérébrale située en regard de l’antenne du portable et le reste du cerveau, selon que le téléphone portable était allumé ou non.

PUB
PUB

Pas de preuve d’un sur risque de tumeur cérébrale avec un téléphone portable

Pour autant, est-ce nocif ou pas ? Cette nouvelle étude américaine ne répond pas à cette question. C’est pourquoi le Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques, ou CRIIREM, continue de prodiguer des conseils de bons sens, en particulier :

• Choisir un téléphoneportable dont le DAS (débit d’absorption spécifique qui correspond à la puissance du rayonnement absorbé localement par le corps humain) est le plus bas possible.

• L’éteindre plutôt que de le laisser en veille ou alors, l’éloigner d’au moins un mètre.

• Utiliser un kit piéton pour téléphoner et recourir au téléphone fixe pour les conversations plus longues.

Publié le 24 Février 2011 | Mis à jour le 24 Février 2011
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : JAMA du 23/02/2011 ; “Le Quotidien du médecin” 23/02/2011 ; Criirem : www.criirem.org.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés