Fortes suspicions sur les antennes relais de téléphonie mobile

Une enquête réalisée par questionnaire auprès d'un échantillon de 600 personnes vivant à proximité d'antennes relais de téléphones portables montre une fréquence plus élevée de plaintes pour maux de tête, troubles du sommeil, fatigue, irritabilité et tendance dépressive. Selon les résultats de cette analyse, les stations-relais ne devraient pas se situer à moins de 300 mètres des habitants !
Publicité

Des chercheurs de l'Institut National de Sciences Appliquées (INSA) de Lyon montrent à travers une enquêtes que les habitants situés à moins de dix mètres d'une antenne relais de téléphonie mobile souffrent plus fréquemment de fatigue (72%), de troubles du sommeil (57%), de maux de tête (48%), d'un sentiment d'inconfort général (45%), d'irritabilité (23%) et de dépression (27%). Ceux qui habitent un peu plus loin (entre 10 et 50 mètres) se plaignent davantage de troubles du sommeil et de pertes de mémoire. Au-delà de 50 mètres les troubles du sommeil, la fatigue et l'irritabilité arrivent en tête. A partir de 300 mètres d'une antenne, la fréquence des symptômes tend à redevenir proche de la normale. Pour les auteurs, ces résultats devraient entraîner l'application la plus stricte du principe de précaution : aucune installation de ce type d'antenne ne devrait être installée à moins de 300 mètres d'une habitation. Mais en contraste, en l'absence de norme européenne sur ce sujet, quelques 30.000 antennes relais ont déjà été installées dans la plus complète anarchie.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 19 Octobre 2001 : 02h00