Le tabac tue la fertilité de la femme... et de l'homme

On dit toujours aux femmes enceintes de ne pas fumer. On dit également aux femmes qui souhaitent un enfant d'arrêter de fumer avant même la conception. Ce qu'on oublie souvent c'est d'imposer aux futurs pères d'arrêter, eux aussi, de fumer avant la conception ! En effet, les effets néfastes du tabac sur la fertilité s'observent tant chez l'homme que chez la femme…
PUB

L'analyse des différentes études portant sur ce sujet offrent un aperçu très intéressant des effets néfastes du tabac sur la fécondité, lesquels s'exercent tant chez la femme que chez l'homme.

PUB
PUB

Chez la femme

  • Selon une étude française publiée dès 1988, les chances de tomber enceinte dans l'année, diminuent de 15% chez les fumeuses.
  • Cette constatation est confirmée dans plusieurs études européennes et américaines, lesquelles mettent également en évidence un taux d'avortements spontanés majoré.
  • La diminution de la fertilité est d'autant plus marquée que la consommation tabagique est élevée.
  • Les effets négatifs sont réversibles à l'arrêt du tabac.
  • Les femmes fumeuses sont davantage sujettes à la ménopause précoce.
  • Les chances de succès d'une fécondation in vitro (FIV) diminuent de moitié chez les fumeuses.

Chez l'homme

  • Au-delà de 15 cigarettes par jour, le délai de conception spontanée est allongé.
  • La tabagisme diminue la quantité et la vitalité des spermatozoïdes.
  • Les composants de la fumée de cigarette endommagent l'ADN des spermatozoïdes.
  • Comme chez la femme, après une FIV, le taux de grossesses diminue fortement si l'homme fume.
  • En fécondation assistée, on obtient 38% de grossesses contre 22% si l'homme est fumeur.
  • Le risque de fausse couche spontanée précoce augmente quand le conjoint est fumeur.
  • L'exposition prénatale au tabac de la femme majorerait le taux de mort subite du nourrisson.

Ainsi, si avant de concevoir un enfant, les femmes doivent arrêter de fumer, elles doivent également imposer à leur conjoint de faire de même !!!

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 29 Mars 2005 : 02h00
Source : 28e Journées nationales du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, mars 2005.