Tabac : arrêt brutal ou progressif ? Pesez le pour et le contre !
Sommaire

La réduction tabagique : recommandée par les autorités

Les autorités de santé ont intégré dans leurs recommandations l’intérêt de l’arrêt progressif et reconnaissent que « pour certains patients qui ne sont pas prêts à arrêter, la réduction du tabagisme peut être considérée comme une étape intermédiaire vers l’abstinence totale ». De plus, « la réduction de la consommation permet au fumeur, qu’il soit prêt ou non à arrêter de fumer, un contrôle sur son comportement addictif, qui peut dans certains cas être moteur de changement ». D’un point de vue stratégique, on recommande aussi d’utiliser durant cette phase de réduction des substituts nicotiniques. En outre, ceux-ci permettent d’éviter le phénomène de compensation (absorption plus importante de la fumée) et augmentent les chances d’arrêt à long terme.

A savoir enfin : l’utilisation à long terme des substituts nicotiniques n’est pas associée à un risque de cancer, contrairement au tabagisme. Autrement dit, il est toujours préférable d’utiliser des substituts nicotiniques afin de réduire son niveau de consommation plutôt que de continuer à fumer les mêmes quantités.

A noter : la cigarette électronique est un autre moyen de réduire efficacement sa consommation avant un arrêt total…

Découvrez tous nos offres pour vous détendre, vous ressourcer, lutter contre le stress et assurer votre bien-être !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Tracy Falba1 et coll., Addiction, 99 : 93-102, 2004.