Syndrome du bébé secoué : trop de séquelles dramatiques et de décès

Pourquoi secoue-t-on un bébé ?

Généralement, les secousses sont liées à l’énervement face aux pleurs de l’enfant...

Il faut donc rappeler qu’en cas de crises de larmes, il importe d’abord de chercher la cause :

  • proposez à boire à votre bébé,
  • changez sa couche,
  • vérifiez qu’il n’a pas trop chaud ou trop froid,
  • promenez-le ou emmenez-le dans un endroit plus calme,
  • bercez-le ou massez-lui le ventre ou le dos.

Si malgré tout vous ne parvenez pas à calmer ses pleurs, si vous vous sentez totalement dépassé (e) ou en colère, respirez profondément. Placez votre enfant en sécurité dans son lit et sortez de la pièce afin de reprendre votre calme. Demandez à quelqu’un de votre entourage de prendre le relais.

Certains bébés sont secoués dans un moment de panique, parce que l’enfant semble avoir perdu connaissance. Attention, même dans ce cas un risque existe.

Face à un bébé qui a perdu conscience, il faut appeler les urgences.

Demander de l’aide pour éviter les drames

Si la situation se répète et que vous avez le sentiment que vous pourriez faire du mal à votre bébé, parlez-en à votre médecin et faites-vous aider.

De nombreux parents sont en grande difficulté lorsque leur enfant est en bas âge. La plupart des bébés secoués le sont par leur père ou leur beau-père mais aussi par leur mère, leur gardienne ou un proche de la famille.

Rappelons qu’outre le drame humain que cela représente, secouer un bébé est considéré aux yeux de la justice comme un acte de violence volontaire, passible d’une peine de prison.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : E. Rebuffat, Le syndrome du bébé secoué, Revue médicale de Bruxelles, 2009. Déclaration conjointe sur le syndrome du bébé secoué, Société canadienne de pédiatrie. Recommendation : syndrome du bébé secoué, Haute Autorité de Santé.