Syncope vagale, rien de grave

En fonction de leur origine, toutes les syncopes ne sont pas dangereuses. Ainsi, si le malaise cardiaque accroît le risque ultérieur d'infarctus, ce n'est pas le cas des syncopes vagales.
PUB

La définition de la syncope est une perte de connaissance brutale et brève, consécutive à une diminution de l'oxygénation du cerveau. Le plus souvent, elle résulte d'un arrêt cardiocirculatoire ou d'un trouble du rythme. Souvent aussi, elle est dite vagale, c'est-à-dire liée à une stimulation excessive des nerfs pneumogastriques, lesquels commandent certains viscères, comme les poumons, les vaisseaux, le cœur ou l'estomac.Les résultats d'une analyse récente démontrent que selon son origine, la syncope n'entraîne pas toujours de graves conséquences.

PUB
PUB

Les auteurs se sont intéressés aux 7.814 participants de la très grande et célèbre étude américaine Framingham. Durant la période d'observation entre 1971 et 1998, 822 sujets ont été victimes d'au moins une syncope, soit 6,2 pour 1.000 personnes par année. Dans la majorité des cas, la cause est restée inconnue (36,6%), sinon les origines les plus fréquentes ont été vagales (21,2%), cardiaques (9,5%) et orthostatiques (liée à une hypotension ; 9,4%).

Chez les sujets ayant fait une syncope cardiaque, le risque de décès a été multiplié par 2, celui d'infarctus ou de décès d'origine coronaire par 2,7 et le risque d'accident vasculaire cérébral par 2. En revanche, en cas de syncope vagale ou orthostatique, ni la mortalité ni le risque cardiovasculaire n'a été augmenté.

Certes, avec un taux de décès plus élevé, les syncopes cardiaques sont à prendre très au sérieux. Mais les malaises liés à une autre origine, ne doivent pas miner le moral des patients concernés.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 08 Octobre 2002 : 02h00
Source : Soteriade, New England Journal of Medicine, 347 : 878-885, 2002.