Stress au travail : quels sont les facteurs de risques et comment s'en préserver ?

La journée mondiale de la sécurité et santé au travail qui se tient le 28 avril est consacrée au stress. Cette souffrance au travail est un phénomène qui touche de plus en plus de salariés mais qui est encore insuffisamment pris en compte en France.

PUB

Le stress nuit gravement à la santé

En France, on estime que 20 à 25% des salariés sont stressés. C’est beaucoup. Car si le stress est un phénomène naturel dont l’organisme a besoin, il y a danger pour la santé lorsqu’il est trop élevé. « C’est un peu comme la pression artérielle, elle est nécessaire mais si elle est trop haute, c’est un vrai problème », explique le Dr Patrick Légeron, psychiatre spécialiste du stress au travail. Un stress chronique augmente les risques de dépression, de burn out, de suicide, de maladies cardiovasculaires...

Pourtant, le mal gagne du terrain : un rapport de l’Institut national de veille sanitaire de juin 2015 évaluait à 450 000 le nombre de personnes en souffrance pathologique au travail dont 30 000 au moins en burn out. Tout aussi préoccupant, la moitié des arrêts de travail seraient liés au stress ou à ses conséquences.

PUB
PUB

Stress et souffrance au travail : les facteurs de risques à connaître

Première cause de ce dysfonctionnement, les conditions de travail. Six facteurs de risques psychosociaux sont clairement identifiés :

  • 1/ l’intensité du travail : surcharge, cadences élevées, pression du temps et délais toujours plus courts, horaires imprévisibles, obligation de concentration et de performance, etc..
  • 2/ les exigences émotionnelles : c’est le cas, par exemple, des professionnels de santé confrontés à la maladie et à la mort ou des policiers et des chauffeurs de bus devant parfois faire face à la peur, mais aussi des hôtesses de l’air contraintes de réfréner leurs émotions et de sourire aux passagers.
  • 3/ l’absence d’autonomie : travail à la chaîne, imposé, posté, faible participation aux décisions, manque de marge de manœuvre, etc.
  • 4/ les relations et rapports sociaux : harcèlement moral, irrespect, manque de reconnaissance, mise au placard, sentiment que l’on n’existe pas, agressivité et incivilité pour les salariés en contact avec le public, absence de soutien de sa hiérarchie ou de ses collègues, mauvaise ambiance, etc.
  • 5/ les conflits de valeur : être obligé de vendre un produit que l’on n’aime pas ou d’abandonner un projet en cours parce que l’entreprise passe à autre chose, sentiment de bâcler et de mal faire son travail par manque de temps...
  • 6/ les changements : incertitude de l’emploi, fusion, restructuration, licenciement, déménagement, changement de bureau, de logiciel, de procédure, etc.
Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mercredi 20 Avril 2016 : 12h34
Mis à jour le Jeudi 21 Avril 2016 : 12h27
Source : Entretien avec le Dr Patrick Légeron, psychiatre à l’hôpital Saint-Anne à Paris et fondateur de Stimulus, cabinet spécialisé dans le conseil aux entreprises sur les problèmes du stress et du bien-être au travail. Auteur du livre « Le stress au travail, un enjeu de société », Odile Jacob.
* Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.
La rédaction vous recommande sur Amazon :