Sport sur ordonnance : ce qu'il faut savoir !

© Istock

À partir du 1er mars, les médecins pourront prescrire une activité physiqueadaptée à leurs patients souffrant d'affections de longue durée (ALD) comme un diabète, une insuffisance cardiaque etc. Mais un flou artistique persiste. Faute de cadre financier, cette belle initiative risque un départ difficile. Voici comment y voir plus clair en dix questions.

PUB

1 - En quoi consiste le sport sur ordonnance ?

Le 1er mars, c’est le top départ des prescriptions de l’activité physique adaptée (APA). Le décret sur la possibilité de prescription de l’APA entre en vigueur. Créée par la Loi de modernisation du système de santé de janvier 2016, cette reconnaissance officielle du sport comme « médicament » a depuis été inscrite dans le code de la Santé publique (article L. 1172-1). L'objectif affiché est de prévenir et réduire les facteurs de risque et les limitations fonctionnelles liées à la maladie.

PUB
PUB

2 - Qui peut bénéficier de cette prescription ?

Potentiellement plus de 10 millions de Français souffrant de l’une des 29 affections de longue durée (ALD). Attention, l’hypertension artérielle n’en fait plus partie. En voici la liste : http://www.ameli.fr/professionnels-de-sante/medecins/exercer-au-quotidien/les-affections-de-longue-duree/qu-est-ce-qu-une-affection-de-longue-duree/les-ald-exonerantes.php

Publié le 05 Mars 2017 | Mis à jour le 06 Mars 2017
Auteur(s) : Hélène Joubert, journaliste scientifique
Source : D’après un entretien avec le Dr Roland Krzezntowki, médecin du sport, de médecine physique et de réadaptation, président de Mon Stade.