Les somnifères, des médicaments pièges...

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 02 Juillet 2007 : 02h00

Mal dormir, c'est difficile, surtout quand cela se reproduit plusieurs nuits de suite. La solution peut sembler simple : prendre un somnifère, un hypnotique, un anxiolytique, comprimé ou gélule très efficace… dans un premier temps.

© Adobe Stock
PUB

Pourtant, le traitement naturel de l'insomnie n'est pas, en premier lieu, chimique. Les recommandations médicales à ce propos sont claires : « En cas d'insomnie qui persiste, il faut évaluer le retentissement de l'insomnie sur le fonctionnement de la personne dans la journée. Si ce retentissement est moyen à modéré (cas le plus fréquent), un traitement comportemental est préconisé. Si le retentissement de l'insomnie est sévère, un traitement comportemental peut être associé à un traitement hypnotique (quelques jours à quelques semaines). »Ainsi, le traitement premier de l'insomnie est un traitement comportemental qui vise à modifier nos comportements afin d'agir positivement sur le sommeil.

Pourquoi ne pas prendre directement un somnifère si c'est efficace ?

Le risque des médicaments (de la famille des benzodiazépines), c'est le syndrome de sevrage. Cela signifie que l'arrêt du médicament est suivi d'effets si désagréables qu'il devient très difficile d'arrêter. Ces signes de sevrage sont présents chez 80% des personnes qui prennent un traitement somnifère depuis plus de 3 ans et chez 15 à 26% en cas de traitement plus bref. Ainsi, plus on prend longtemps un somnifère, plus il est difficile de l'arrêter. Et difficulté supplémentaire : plus on avance en âge, plus il devient difficile de l'arrêter. Or, en France, plus des deux tiers des personnes qui consomment des anxiolytiques et hypnotiques ne présentent pas de trouble relevant d'une indication reconnue.

PUB
PUB

Et si le somnifère est vraiment indiqué pour moi ?

Si l'insomnie retentit négativement de façon importante sur la vie de tous les jours, un traitement peut être justifié. Mais il existe un code de bonne conduite pour la prise de ces médicaments :- Il ne faut pas associer plusieurs hypnotiques. - Il ne faut pas non plus en prendre plus de 2 à 4 semaines (4 à 12 semaines pour les anxiolytiques).- Il faut toujours commencer par la dose la plus faible et toujours utiliser la dose efficace la plus faible.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 02 Juillet 2007 : 02h00
Source : Rapport sur le bon usage des psychotropes (consultable sur internet : http://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-off/i3187.pdf), ANAES (Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé), RMO (Références médicales opposables).
PUB
PUB
A lire aussi
Tous accros aux tranquillisants ?Publié le 12/10/2009 - 00h00

Les Francais sont les plus grands consommateurs au monde de tranquillisants. Pourquoi ces médicaments rencontrent-ils un tel succès ? Sommes-nous plus anxieux et plus insomniaques que les autres ?

Sevrage tabagique : prêt, partez !Publié le 31/12/2003 - 00h00

Profitez des vacances pour vous lancer dans l'aventure du sevrage tabagique. Cette sensation de liberté que vous ressentirez n'a pas de prix. Les nouvelles recommandations de bonne pratique formulées par l'AFSSAPS*, vous expliquent les différentes aides disponibles et vous offrent les clés de la...

Quand le sommeil vieillitPublié le 27/04/2001 - 00h00

Les troubles du sommeil liés au vieillissement sont incontournables et leurs répercussions augmentent avec l'âge. Pourtant, l'application de certaines règles simples permet souvent de retrouver ou de maintenir un sommeil de qualité acceptable. Lorsque ces mesures comportementales ne suffisent...

Plus d'articles