Le sevrage maternel : douceur et longueur de temps
Sommaire

Comment travailler et allaiter en même temps ?

Il est parfaitement possible de continuer à allaiter après avoir repris le travail.

De nombreuses mamans donnent la tétée le matin et le soir, alors même que leur chérubin mange comme les autres à la crèche.

Sachez que passés quatre mois d'allaitement, il existe un automatisme désolidarisé de la demande qui permet de fournir assez de lait pour une tétée unique, même si ce n'est pas tous les jours.

Le code du travail prévoit le droit à une pause d'allaitement d'une heure par jour, durant une année à compter de la naissance (non rémunérée, sauf dispositions conventionnelles contraires). Divisée en deux, vous avez deux demi-heures, une pour chaque demi-journée. Certes, c'est rarement facile et ça demande de l'organisation.

Les entreprises de plus de 100 salariées ont pour obligation de mettre à disposition un local dédié à l'allaitement. Le temps de pause est alors réduit à 20 minutes.

Sevrage maternel : conseils pratiques

  • N'arrêtez jamais brutalement entre le 3e et le 6e jour.

    C'est durant cette période que vos seins sont les plus gonflés. Une interruption brutale de leur fonctionnement vous ferait souffrir.

  • S'il fait très chaud, s'il y a une épidémie ou si votre enfant perce une dent, mieux vaut remettre les débuts du sevrage à plus tard.

    Bébé risquerait d'être fragilisé. Il en est de même si vous prévoyez beaucoup de déplacements.

    En résumé, choisissez une période sans changement d'habitude.

  • Au congélateur, le lait maternel se conserve 6 mois. Au réfrigérateur, 8 jours à moins de 4°C.
  • Votre production de lait diminue généralement avec la fatigue et les contraintes quotidiennes, et bien sûr avec le nombre de tétées.

    Vous pouvez la diminuer davantage en réduisant votre quantité de boisson.

  • En cas de maladie, d'opération ou d'absence imprévue, vous forçant à un sevrage précipité, tirez régulièrement et progressivement votre lait pour diminuer la tension de vos seins et éviter une éventuelle infection.
  • Oubliez les heures fixes. Faites confiance à votre tout-petit.

    Et surtout, ne le réveillez pas sous prétexte que c'est l'heure du biberon ou de la tétée.

  • S'il a encore faim, donnez-lui son dû (l'obésité apparaît généralement lorsque les parents suralimentent leur enfant en ajoutant des farines beaucoup trop tôt). Inversement lorsqu'il n'en veut plus, n'insistez pas.
  • Ne consolez pas votre bébé chaque fois qu'il pleure avec de la nourriture (c'est un des risques de l'obésité).

    Cherchez les causes afin d'y remédier de façon adéquate.

    Respectez un intervalle minimal de deux à trois heures entre les biberons.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :