Seniors, l'avenir se lit dans votre frigo !

© Istock

Mais Madame, votre frigo est vide… La sous-alimentation, quand on dépasse 65 ans, n'est pas une exception. Un apport alimentaire insuffisant augmente le risque de complications des troubles et des maladies liées à l'âge. C'est souvent aussi un facteur d'hospitalisation ou de placement en maison de retraite. Manger moins, c'est perdre en mobilité, en indépendance et en qualité de vie. Alors, seniors, ouvrez votre frigidaire et voyons ce qu'il contient…

Publicité

Garder son frigo vide, c'est risquer l'hospitalisation !

La malnutrition des personnes de plus de 65 ans vivant à domicile concerne au moins une personne sur trois, voire deux sur trois. Insidieuse et toujours sous-estimée, elle n'est décelable par la famille ou les proches que très tardivement. C'est pourquoi elle est dangereuse.

Une équipe de gériatres suisses a eu l'idée de vérifier le contenu des réfrigérateurs des personnes vivant chez elles. Leur idée était de prouver que l'absence d'aliments ou la présence d'aliments avariés étaient prédictifs d'une hospitalisation. Ils ont alors défini le “ frigo vide ” comme contenant moins de trois types d'aliments, et le frigo “ adéquat ” garni d'au moins 3 types d'aliments différents, en quantité et en qualité suffisantes.

Publicité
Publicité

Résultat : un frigo vide signifie 38% d'hospitalisation au cours du premier mois et 3 fois plus de risques d'y aller dans les trois mois.

De plus, le temps d'hospitalisation est plus long. Par contre, curieusement, la présence d'aliments avariés ne majore pas les risques d'hospitalisation.

Ne rien avoir dans son frigidaire est un signe de fragilité. Cela montre également que les gestes de la vie quotidienne ne sont plus réalisés.

Réfrigérateur vide : un signal d'alarme à prendre en compte

En fait, pour l'entourage, ouvrir la porte d'un frigo doit devenir un acte de prévention.

Bien garni, il reflète une alimentation variée et donne l'assurance de satisfaire des petits plaisirs ou de répondre aux fringales, si rares quand on est âgé et seul. Vide, il doit être considéré comme un signal d'alarme.

Le médecin, averti, dosera le taux d'albumine dans le sang, qui reflète la consommation de protéines et donc l'état de santé général. En effet, l'albumine diminue dans le sang bien avant que les conséquences de la dénutrition ne soient visibles.

En pratique, un frigo plein de produits frais aide à lutter contre la malnutrition.

Penser aux œufs, au lait et au fromage, qui sont de bonnes protéines, c'est se donner les moyens de retrouver le plaisir de manger, de bouger, de partager. N'oublions pas que la convivialité améliore considérablement la prise alimentaire : se laisser aider, se laisser inviter ou même recevoir, c'est garder, quel que soit l'âge, un plaisir de vivre.

 
Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Vendredi 21 Décembre 2001 : 01h00
Mis à jour le Mardi 09 Juin 2015 : 10h40