Selles : quelle est la bonne fréquence ?

On sait qu’un transit équilibré est important, ne serait-ce que pour le confort… Mais comment le définir ? Et quelle est la « norme » pour la fréquence de nos visites aux toilettes ?
© Adobe Stock
Sommaire

Selles : ni trop, ni trop peu

Commençons par dire que les gastro-entérologues trouvent, d’une manière générale, que nous sommes trop préoccupés par le sujet et que nous devrions laisser à nos tubes digestifs plus de liberté ! En effet, tant que l’on passe à la selle au moins trois fois par semaine, et au plus une fois par jour, cela n’a rien de préoccupant. Bien que chacun ait un rythme différent, les professionnels de la santé parlent généralement de constipation lorsque le patient n'est pas allé aux WC pendant 3 jours d'affilée.

Constipation ou diarrhée ?

On a coutume de dire que si l’on va peu aux toilettes, on est constipé et que si on y va souvent, on a une diarrhée. Or la fréquence des selles n’est pas le seul élément de diagnostic… Dans la constipation, les selles sont dures, difficiles à expulser. Leur passage est parfois douloureux. Les selles peuvent aussi peu abondantes lors de leur expulsion. Le malade a alors la sensation de "ne pas avoir fini". une sensation d'inconfort au niveau du ventre/abdomen, des crampes et des ballonnements abdominaux sont aussi susceptibles d'accompagner ce trouble.

Dans le cas de la diarrhée, les selles sont molles, voire liquides, et les intestins peuvent être douloureux.

Et les hémorroïdes ?

Elles peuvent être provoquées par la diarrhée ou par la constipation. Si le passage à la selle est douloureux, que votre anus fait mal ou démange, et si vous remarquez du sang sur le papier après vous être essuyé(e), n’hésitez pas à consulter.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : World Gastroenterology Organisation Global Guidelines, Coping with common GI symptoms in the community, mai 2013.