Les ronflements : que faut-il savoir ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 15 Novembre 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 18 Janvier 2016 : 12h01

Passé la cinquantaine, 40% des gens ronflent. Mais les ronflements n'épargnent pas pour autant les plus jeunes, et particulièrement les hommes. Que faut-il savoir, que faut-il retenir ?

PUB

La position durant le sommeil n'a aucune influence sur la fréquence des ronflements.

Faux.

Dormir sur le dos favorise les ronflements car dans cette position le voile du palais se positionne vers l'arrière et obstrue davantage la respiration. Mieux vaut donc dormir sur le côté, voire sur le ventre.

 

La principale cause du ronflement est un voile du palais qui vibre au fond de la gorge.

Vrai.

Le voile du palais vibre au fond de la gorge.

Les ronfleurs manquent de libido.

Vrai.

Si le sommeil n'est pas réparateur, la fatigue s'installe et la libido diminue.

L'alcool favorise les ronflements.

Vrai.

La consommation d'alcool diminue le tonus musculaire du palais, ce qui amplifie le volume du ronflement.

Les arrêts respiratoires brefs et répétitifs durant le sommeil révèlent une grave maladie.

Vrai.

Les brefs arrêts respiratoires sont les symptômes du syndrome d'apnées du sommeil. Celui-ci se révèle dangereux à plusieurs titres. Il augmente le risque cardiovasculaire et induit une somnolence durant la journée, ce qui accroît le risque d'accident domestique, du travail et de la route.

Les personnes en surpoids ronflent plus que les autres.

Vrai.

Le surpoids et l'obésité favorisent les ronflements. En effet, toute surcharge pondérale tend à rétrécir les voies aériennes supérieures, ce qui provoque une respiration bruyante. Neuf ronfleurs sur dix sont en surpoids.

Les hommes sont deux fois plus concernés que les femmes.

Faux.

Les hommes sont 4 fois plus concernés que les femmes. Les ronfleurs sont à 80% des hommes et à 20% des femmes. Il s'agirait en partie d'une répartition différente du poids. En revanche, passé la cinquantaine, la différence entre les sexes disparaît.

La radiofréquence est la technique la plus récente pour faire disparaître les ronflements.

Vrai.

C'est aussi la technique la plus simple. L'opération consiste à introduire, sous anesthésie locale, une électrode dans le voile du palais et à faire passer un bref courant électrique, lequel rétracte les tissus et diminue les vibrations du voile du palais.

Mais il existe de nombreuses autres techniques anti-ronflements, plus ou moins validées, dont le choix dépend de l’intensité des ronflements et des complications associées : port d’une prothèse dentaire, bandelette nasale, pression positive continue, chirurgie classique (ablation d’une partie du voile du palais ou de la luette), chirurgie laser, etc.

Prendre des somnifères permet de diminuer les ronflements.

Faux.

Comme l'alcool, les somnifères et autres tranquillisants agissent sur le tonus musculaire du palais et amplifient ainsi les ronflements.

L'intensité du ronflement peut atteindre l'équivalent du passage d'un camion.

Vrai.

Il peut atteindre une intensité de 90 à 100 décibels, ce qui équivaut effectivement au passage d'un camion à proximité.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 15 Novembre 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 18 Janvier 2016 : 12h01
PUB
PUB
A lire aussi
Mes techniques anti-ronflementsPublié le 15/02/2010 - 00h00

Si vous êtes incommodée par les ronflements de votre conjoint, voici quelques solutions à tester, à adapter, voire à combiner. Techniques anti-ronflements, des plus simples ou aux plus radicales.

Ronflements : comment les éliminer ?Publié le 14/05/2007 - 00h00

"La chirurgie du ronflement est avant tout une chirurgie d'amour : on se fait opérer pour son conjoint que l'on empêche de dormir". Mais est-ce la seule solution contre le ronflement et quelles sont les techniques disponibles ?

Les ronflements : énervants, inquiétants ?Publié le 27/12/2000 - 00h00

Problème quotidien s'il en est, les ronflements prêtent plutôt à sourire vus de l'extérieur. Pourtant, ils sont une source de désagrément et peuvent même révéler un syndrome d'apnées du sommeil (SAS), pathologie aux conséquences vasculaires parfois graves.

Plus d'articles