Range ta chambre !

Publié le 25 Août 2003 à 2h00 par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute
La rentrée est souvent l'heure des bonnes résolutions de la vie familiale. Et s'il y a un terrain universel de conflit entre parents et enfants, c'est bien la chambre. Que le parent qui n'a jamais eu à dire à son enfant « range ta chambre » lève le doigt ! Comment limiter ou éviter les conflits à ce sujet ? A chaque âge, sa réponse et à chacun de trouver la formule la plus appropriée à son enfant et à son propre niveau d'exigence…
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Tout d'abord, ne vous inquiétez pas. Il est normal de demander à son enfant, même devenu ado, de ranger sa chambre. Néanmoins, il n'est pas possible d'avoir le même niveau de langage et d'exigence quel que soit son âge. Il est nécessaire (et bien utile !) de s'adapter à chacune des étapes de la croissance de son enfant. Par exemple, à 4 ans, ranger est un terme trop abstrait ; le petit ne sait pas ce que cela veut dire. Et même à l'adolescence, il est parfois encore nécessaire de bien s'entendre préalablement sur la définition des mots. Ce que l'adolescent comprend par le verbe « ranger » ne correspond pas forcément à ce que l'adulte veut dire…

Avant trois ans : inutile de demander à un enfant de ranger sa chambre !

Dès le plus jeune âge, les jeux et autres peluches essaimés sur le sol de sa chambre, voire de toute la maison, transforme vite l'espace familial en un capharnaüm, plein de vie pour les uns, exaspérant pour les autres. Pour autant, il est parfaitement inutile de demander à un enfant de moins de trois ans de ranger sa chambre. Il n'a pas idée de ce que cela signifie. A vous de vous mettre à quatre pattes et de lui enseigner en douceur, les bases du tri et de la mise en ordre. Soyez patient, cela ne va pas durer !

Entre trois et cinq ans, " ranger ", l'enfant ne sait toujours pas ce que cela veut dire...

C'est donc encore à vous de lui montrer la logique d'un rangement puisqu'il apprend par imitation. L'idéal (mais avec des jeunes enfants, le temps manque souvent…) est de transformer ce moment en jeu et en complicité. Ce jeune âge est aussi celui des rituels qui rassurent. Alors pourquoi ne pas faire du rangement de la chambre un rituel de fin de journée ?

Entre six et douze ans, votre enfant a encore besoin de votre aide

A ces âges, il commence à être de plus en plus autonome et aime souvent se débrouiller tout seul. Alors, ne rangez surtout pas à sa place, même s'il reste encore beaucoup de choses à lui apprendre. Attention, il n'est pas toujours disposé à ranger au moment où vous lui demandez. Pour éviter un conflit, proposez-lui un « rendez-vous » dans la journée afin de l'aider dans cette tâche, tout en lui suggérant de commencer tout seul. Lorsque vous le rejoignez, n'oubliez pas de valoriser ce qu'il a déjà fait de lui-même. Vers 8-10 ans, il commence aussi à comprendre que le rangement lui permet de retrouver plus facilement ses affaires et d'obtenir un espace de jeu à partager avec ses amis.

Entre 12 et 18 ans, l'ado défend son territoire et s'oppose aux règles familiales... Attention situation explosive !

Il tend à remettre en question les règles et l'organisation familiales. Sa chambre est à l'image de ce qui se passe dans sa tête : bouleversement affectif, remise en question, ambivalence…, autant dire, plutôt en désordre ! Ne pas ranger sa chambre lui sert à mieux délimiter son territoire et à marquer une forme de prise d'indépendance par rapport aux habitudes antérieures. L'heure est à la négociation et aux compromis et quelques erreurs sont à éviter ! D'abord, respectez son territoire (autant que votre logement le permet) : autrement dit, n'entrez pas dans sa chambre sans frapper ou en son absence. Ensuite, ne faites pas le ménage à sa place, il n'en ressentirait qu'un plus grand besoin d'y mettre le désordre ! Enfin, entre parents, soyez cohérents. Ensuite, négociez en essayant de vous entendre sur un « minimum » exigible de votre part. Poser des limites claires et raisonnables. Certes, comme il aime le crier « c'est ma chambre ! », mais celle-ci reste sous le toit du logement familial et il est parfaitement légitime de faire respecter quelques règles d'hygiène. Si vous êtes très obsessionnel sur l'ordre, cela va être dur, mais rappelez-vous, nos enfants sont là aussi pour nous faire grandir !