Quelle est la limite entre le spleen et la dépression ?

En d'autres termes, comment différencier un simple coup de blues d'une véritable dépression ? Ces deux états sont bien distincts et facilement reconnaissables.
PUB

Une vie linéaire, dénuée de moments de tristesse, d'agacement ou de découragement, ne correspond pas à la réalité. Même la mauvaise humeur est un état d'esprit normal et passager. Nous avons tous ressenti une morosité transitoire lors d'un après-midi pluvieux. La principale caractéristique de ce qu'on appelle le spleen est que cet état est passager. Inversement, la dépression est un état qui s'installe dans la durée. C'est une maladie, un dérèglement de l'humeur qu'il faut soigner. Les principaux symptômes de la dépression permettent de distinguer cette pathologie de la tristesse normale.

Les signes caractéristiques de la dépression

Une tristesse permanente et inconsolable. Un ralentissement. Le déprimé est fatigué, épuisé, il manque d'énergie, parle peu. Son esprit et son corps vivent au ralenti. La culpabilité. Le déprimé a perdu son estime de soi. Il s'accuse, se fait des reproches et rumine des idées d'échec. Il se trouve indigne de l'affection que lui portent ses proches. La perte de l'élan vital. Le déprimé est incapable de s'intéresser à son travail et à ses loisirs. Il se désinvestit de ses activités quotidiennes et décroche de ses relations. Lointain, il ne peut se fixer sur une conversation ou toute autre situation d'interaction avec autrui.Une perte de l'appétit et des troubles du sommeil. A noter que la dépression survient en rupture avec un état antérieur d'humeur et d'activité normales. Elle est à distinguer des états persistants de tristesse dus à un trouble de la personnalité, comme par exemple un état de pessimisme constant et depuis toujours. Compte tenu des conséquences dramatiques de la dépression (suicide, isolement, arrêts de travail, perte d'emploi, vie familiale et sociale compromises, etc.), la prise en charge est essentielle et doit être mise en place précocement. Le traitement associe un soutien psychothérapeutique et une prescription de médicaments antidépresseurs. Ces derniers ne sont recommandés qu'en cas de persistance des troubles de l'humeur durant plus de six mois.

PUB
PUB
Publié le 21 Novembre 2005
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Les Amphis de psychiatrie, Paris, 18 octobre 2005, communication du Pr Michel Lejoyeux, professeur de psychiatrie, chef du service de psychiatrie, Hôpital Bichat, Paris.