Que penser des plantes dépolluantes ?

Depuis quelques années, on trouve dans les magasins quantité de plantes qui revendiquent des propriétés dépolluantes. Installées dans nos logements, ces plantes vertes seraient capables d’absorber les polluants et ainsi d’améliorer la qualité de notre air intérieur. Rien n’est moins sûr !
© getty

Certaines plantes absorbent les polluants

Les capacités qu’ont certaines plantes vertes à absorber (par leur feuillage ou de leurs racines) certaines substances toxiques pour l’homme, ont à l’origine été étudiées dans le but maîtriser la qualité de l’air à l’intérieur des navettes spatiales. Aujourd’hui, avec la progression de la pollution intérieure, de telles propriétés sont mises en avant et il est possible d’acheter une plante dite dépolluante.

Le rendement antipollution des plantes est insuffisant

Or l’étude PHYTAIR lancée en 2004 par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, dément l’efficacité des plantes vertes à améliorer la qualité de l’air de nos logements.

Leur étude a consisté à déterminer les capacités d’absorption polluante de 3 plantes (pothos, plante araignée et dragonnier) sur trois substances toxiques (formaldéhyde, benzène et monoxyde de carbone). Si ces plantes absorbent bien ces polluants lors d’expériences menées en laboratoire, en revanche, dans des conditions réelles, leur rendement d’épuration est bien trop faible pour assainir l’air à l’intérieur de nos logements.

En conclusion, l’allégation « dépolluante » de certaines plantes est exagérée et pour améliorer la qualité de l’air que nous respirons mieux vaut garder la bonne habitude d’aérer tous les jours pendant au moins 10 minutes, chaque pièce de notre logement.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : PHYTAIR, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 13 septembre 2011.