Quand la flore intestinale favorise le cancer du côlon …

© Istock

Une toxine produite par une bactérie naturellement présente au sein de notre flore intestinale serait liée au développement de cancers du côlon. Des chercheurs ont identifié une molécule capable de bloquer cette toxine et de réduire son effet cancéreux.

PUB

Le microbiote intestinal : un ami qui ne vous veut pas toujours du bien

Pour qui s’y intéresse un peu, le microbiote intestinal est bien souvent considéré comme le meilleur ami de l’Homme. En effet, ces quelque 100.000 milliards de micro-organismes qui vivent dans notre tube digestif assurent des fonctions majeures, notamment dans la digestion et la protection immunitaire. Dans ce tableau idyllique, pourtant, des ombres se profilent : une toxine, la colibactine, produite par certaines bactéries, pourrait favoriser le développement du cancer ducôlon. Comment la neutraliser ?

PUB
PUB

Objectif : neutraliser la colibactine

Des chercheurs français et italiens se sont intéressés à la question et ont choisi de cibler une enzyme qui, chez certaines bactéries, permet de produire la colibactine. Des expériences in vitro leur ont permis de sélectionner, parmi des centaines de candidates, une petite molécule capable de bloquer très efficacement cette enzyme. L’effet sur les cellules du côlon ? Les données pré-cliniques des chercheurs sont concluantes puisque la prolifération des cellules cancéreuses a été réduite et que le développement de tumeurs coliques a été diminué d’un facteur 3,5.

Bien évidemment, ces résultats doivent être transposés chez l’homme, et les chercheurs précisent qu’il est important de prendre en compte le rôle potentiel d’autres bactéries et l’interaction entre la colibactine et d’autres toxines éventuelles.

Publié le 02 Avril 2015 | Mis à jour le 02 Avril 2015
Auteur(s) : La Fondation ARC
Source : Fondation ARC - Cougboux, A.
Voir + de sources
et al ; Small-molecule inhibitors prevent the genotoxic and protumoural effects induced by colibactin-producing bacteria; Gut; publié en ligne le 14 janvier 2015.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés