Publicité alimentaire sous contrôle

Publié le 19 Février 2007 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
À partir du 25 février 2007, les publicités sur les produits alimentaires ont pour obligation de porter des messages de santé publique. Chaque publicité, qu'elle soit télévisée, écrite, sur internet ou à la radio, est désormais associée à l'un de ces messages types : "évitez de grignoter entre les repas", "pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé"…
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Des messages sanitaires contre l'obésité

Après le tabac puis l'alcool, c'est au tour de l'agroalimentaire de prendre ses responsabilités vis-à-vis de la santé et de l'annoncer clairement. L'obligation d'afficher des messages d'intérêt public découle de la loi du 6 août 2004 qui vise à freiner la progression alarmante de l'obésité en France, laquelle touche déjà 5 millions de personnes. Le décret d'application prend effet à partir du 25 février 2007.

Obligations pour les publicités alimentaires

Ainsi, à l'instar des slogans affichés sur les paquets de cigarettes dans le cadre de la lutte contre le tabagisme ("le tabagisme tue", "le tabac provoque l'infertilité", "le tabac provoque le cancer du poumon", etc.), la promotion agroalimentaire devra désormais comporter successivement et équitablement l'un des 4 messages suivants :

  • "Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé",
  • "Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas",
  • "Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière'',
  • "Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour". Deux messages supplémentaires ont été formulés pour les publicités à destination des enfants de moins de 3 ans :
  • "Apprenez à votre enfant à ne pas grignoter entre les repas",
  • "Bouger, jouer est indispensable au développement de votre enfant".

Tout type de support : télé, presse, radio et internet

Cette loi vise tous les supports publicitaires. Qu'il s'agisse d'une publicité télévisée, d'une page ou encart dans un magazine ou un journal, ou encore d'un espace publicitaire sur un site Internet ou tout simplement d'un spot radio, les messages doivent être diffusés. Ainsi, les bas d'écrans, ou toute autre partie au choix, et les bandeaux de bas de page seront désormais occupés par des messages de prévention santé.Et on risque de les voir souvent : un spot télévisé sur trois porte sur des produits alimentaires… Concernant la presse écrite et la télé, l'espace réservé à ces messages doit occuper au minimum 7% de la surface de l'annonce. A la télé et au cinéma, ils doivent, en plus, être affichés pendant toute la durée de l'annonce publicitaire ou être présentés immédiatement après le spot publicitaire. Concernant la radio, les messages doivent être annoncés immédiatement après chaque publicité.

Les exceptions...

Le décret concerne toutes les annonces alimentaires, à quelques exceptions près. En effet, certains produits échapperont à la règle : le thé, l'eau, les tisanes, le café, le lait, certains jus de fruits, les produits découpés, emballés et naturels. Selon l'Union des annonceurs (UDA), "ce sont des produits publicitairement marginaux".

Les sanctions

Les annonceurs qui ne respecteront pas cette règle devront s'acquitter d'une taxe de 1,5% du montant de leur investissement publicitaire, et ce, au profit de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).

Source : Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), décembre 2006.