Psycho : Petites difficultés ? Apprenez à voir les choses autrement

Certaines petites difficultés, gênes ou douleurs très minimes, pourraient ne plus l'être si l'on sait changer de point de vue, si l'on apprend à voir et même à apprécier les choses différemment. Exemples autour de la faim et de l'exercice physique.
Publicité

Mathilde n'aime pas le sport. Et en plus, il y a quelques années, elle a réalisé qu'elle prenait doucement et régulièrement des kilos en trop.Mais voilà, elle n'aime pas avoir faim, car cela lui donne un sentiment de malaise, et elle déteste l'effort physique qu'elle trouve fatigant !

La faim, la fatigue

Faim ou fatigue, ces petits désagréments, il est facile de les éviter, il suffit de manger à la moindre fringale et de surtout ne jamais se dépenser Le petit problème, c'est que pour la santé, manger léger et se dépenser physiquement ont un effet positif ! Et si vous les évitez systématiquement, vous finissez par vous arrondir et mettre votre santé en péril.Alors que faire ? Se forcer à avoir faim et à faire du sport ? Oui sans doute, mais sans se malmener, sans se faire de mal ! Cela signifie avant tout commencer par apprendre à apprécier des sensations que l'on avait classées comme négatives ou détestables.

Publicité
Publicité

Finir par apprécier les efforts

En effet, monter plusieurs étages par l'escalier, quand on n'y est pas habitué, cela essouffle, et peut même faire mal aux jambes. Et si on prenait le temps d'apprécier ces sensations ? Si l'on s'entraînait à penser : « je suis essoufflé ? C'est bon signe, c'est que mon coeur est en train de travailler et que je l'entretiens. J'ai mal aux jambes ? Super ! C'est que je suis en train de muscler mes cuisses, de chasser la cellulite, de galber mes mollets ! »Et c'est la même chose pour la faim : quand vous ressentez cette sensation, vous pouvez penser : « je suis en train de mincir, car cette sensation de faim est le signal que mon corps est en train de faire fondre des graisses en réserve » Ou encore : « j'ai faim et je vais donc apprécier infiniment plus mon prochain repas »

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 03 Avril 2006 : 02h00