Psycho : attention à ce que vous reprochez aux autres !

Le monde n'est pas tel que vous le voyez. Un autre que vous le jugera très différemment. Une grande partie des jugements que vous portez sur ce qui vous entoure vient des profondeurs de vous-même.
PUB

Ainsi certains hommes disent : « les femmes sont toutes les mêmes, bavardes, fainéantes, égoïstes, intéressées par l'argent ». D'autres affirment au contraire : « les femmes sont merveilleuses, généreuses, intelligentes, attentionnées, courageuses » Ces deux discours coexistent régulièrement. Qui a raison ? Personne sans doute ! Il existe toutes sortes de femmes, c'est évident. Pourtant, chaque personne qui exprime ces affirmations y croit et voit le monde de sa fenêtre.

D'où viennent ces jugements ?

Ils sont ancrés dans notre histoire. Ainsi, une jeune femme disait en consultation à son médecin : « Mon mari me fait des reproches totalement injustifiés. J'ai été obligé de lui dire 'mais tu me reproches les défauts de ta mère, qui ne sont pas les miens. Ce que tu dis ne s'adresse pas à moi !' » Et cet homme a réfléchi et réalisé que c'était vrai ! Il était hypersensible aux défauts de sa mère, défauts qui l'avaient beaucoup fait souffrir et à peine en flairait-il une légère ressemblance qu'il tombait sur sa femme et la critiquait vertement.

PUB
PUB

Attention aux projections

Il s'agit d'une projection. Ce quelque chose qui est en vous, vous l'appliquez artificiellement à l'entourage et pensez ensuite que ça vient de l'autre.Il existe d'autres projections encore plus étonnantes et très fréquentes. Celles qui vous font attribuer vos propres défauts aux autres. Le plus souvent, vous êtes aveugle à ces défauts, et vous pensez en être victime. Un exemple : Marie est une malade psychiatrique. Elle a déjà été arrêtée dans la rue par la police et envoyée à l'hôpital plusieurs fois pour agressivité. Elle insulte les gens qu'elle ne connaît pas, elle leur fait peur, ce qui fait qu'ils appellent les pompiers et qu'elle est internée ! Et bien que dit Marie à son psychiatre ? « Tout le monde m'insulte et m'agresse dans la rue. Les gens sont méchants, ils ne me supportent pas » Bien sûr, Marie est gravement malade, mais ce phénomène se retrouve, a minima, chez chacun d'entre nous ! Nous pouvons juger quelqu'un trop bavard alors que c'est notre défaut principal, trop superficiel, trop égoïste attention ces jugements révèlent parfois ce que nous sommes ! Alors, avant de critiquer quelqu'un, il est bon de commencer par se demander : « ce défaut que j'ai envie de reprocher, ne serait-il pas d'abord en moi ? Ou bien est-ce un défaut qui m'a fait souffrir et auquel je suis hyper sensible ? » Cela permet de ne pas accuser injustement quelqu'un, mais de remettre les choses à leur juste place ou du moins à une place plus juste, car il est bien sûr impossible d'être totalement impartial.

Publié le 02 Mai 2006
Auteur(s) : Dr Catherine Solano