Problème de fertilité masculine ? Evitez les bains chauds !

Cette étude corrobore l'idée selon laquelle la température locale influence la quantité et la mobilité des spermatozoïdes, et pourrait ainsi être un facteur d'infertilité à explorer. Alors si bébé tarde à venir, Messieurs, évitez au moins les saunas et les hammams, voire les bains très chauds !
Publicité

Chaleur et fertilité masculine

En février 2005, une équipe de chercheurs américains publiait dans la très sérieuse revue européenne "Human Reproduction", les résultats d'une étude montrant que la chaleur dégagée par un ordinateur portable posé sur les cuisses, est apte à modifier la fertilité des hommes (1). En effet, en position assise, la proximité d'un ordinateur augmente de façon conséquente la température au niveau des bourses, ce qui peut modifier la spermatogenèse.

Il s'agit cette fois-ci d'une étude ayant porté sur 11 hommes infertiles, de 36 ans en moyenne, tous adeptes de bains, de douches, de saunas et/ou de jacuzzis à haute température. Lorsqu'ils ont été recrutés, ils consacraient à cette activité de détente plus de 30 minutes par semaine depuis plus de trois mois consécutifs.

Publicité
Publicité

La chaleur diminue la spermatogenèse

Il leur a été demandé d'arrêter totalement leurs pratiques pendant 3 à 6 mois. Au terme de cette période, pour 45% d'entre eux, la quantité totale de spermatozoïdes a considérablement augmenté et leur mobilité s'est accrue de 12 à 34%. Les auteurs précisent que les sujets qui n'ont pas vu d'amélioration de leur spermatogenèse étaient de plus grands consommateurs de cigarettes (en moyenne 5,6 paquets/an contre 0,11) Certes, le nombre de participants est faible, mais les résultats vont bien dans le sens d'une influence thermique sur la fertilité. Et excellente nouvelle, cette étude montre aussi que les effets toxiques de l'hyperthermie sur la spermatogenèse sont réversibles !Alors, quand bébé ne vient pas, pourquoi ne pas conseiller aux hommes de limiter les bains, jacuzzis et douches à haute température, et d'éviter les séances de hammams et de saunas. (1) Sheynkin Y. et coll., Hum. Reprod., 20 (2) : 452-5, 2005.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 09 Juillet 2007 : 02h00
Source : Shefi S., Int. Braz. J. Urol., 33 : 50-7, 2007.