Une prise de sang annonciatrice d'un décès prochain ?

Publié le 04 Mars 2014 par Nathalie Szapiro, journaliste santé
Des taux anormaux de quatre marqueurs sanguins pourraient annoncer un risque de décès à cinq ans, selon des chercheurs estoniens.Une étude à prendre avec beaucoup de précautions, indique que la combinaison de quatre marqueurs sanguins, pourrait être annonciatrice d’un décès prochain et ce, indépendamment de toute maladie connue …
PUB
© Istock

Le sang de plus de 17.000 personnes passé au crible

Pour les besoins de leur étude, des chercheurs ont analysé des prélèvements sanguins – ou plus exactement les taux de 106 marqueurs sanguins - effectués chez 17.345 personnes en bonne santé apparente. Pour cela, ils ont utilisé la technique de la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN) qui permet de mesurer d'un seul coup, la concentration d'une centaine de biomarqueurs dans le sang.

Quatre biomarqueurs intéressants

Les personnes décédées prématurément, soit d’accidents cardiaques, soit de cancers, soit d'autres maladies, présentaient des taux anormaux :

PUB
PUB
  • d’albumine (un marqueur de la fonction rénale et hépatique),

  • de glycoprotéine alpha 1 acide, également produite par le foie,

  • de citrate qui intervient dans les cycles de production d'énergie des cellules,

  • et de lipoprotéines de très basse densité qui sont des marqueurs du risque cardiovasculaire.

Des chercheurs finlandais ont refait l’étude et obtenu les mêmes résultats : le risque de mourir pour les personnes affichant des taux anormaux pour ces quatre biomarqueurs, serait multiplié par 19.

De là à en conclure que ces quatre marqueurs sanguins doivent être proposées à tous, il y a quand même un pas à ne pas franchir trop vite. Déjà, ces données doivent être vérifiées par d’autres études, y compris chez des populations ayant d’autres habitudes. Ensuite, il serait intéressant de savoir si un repérage précoce de ces personnes «à risque» peut permettre de dépister plus vite quel est leur problème afin d’empêcher une fin aussi macabre.

En effet, si c’est pour se savoir condamné à une fin certaine, sans possibilité de changer la donne, quel est l’intérêt ?

Source : Plos Medicine : «Biomarker Profiling by Nuclear Magnetic Resonance Spectroscopy for the Prediction of All-Cause Mortality: An Observational Study of 17,345 Persons», 25/02/14.
PUB
Contenus sponsorisés

A lire aussi

Une prise sang capable de détecter le cancer précocement

Un test sanguin pour savoir si vous risquez d’accoucher prématurément

Une prise de sang pour évaluer votre âge biologique réel

Cancer de la thyroïde : comment prévoir les récidives ?

Le diabète marche sur des oeufs...

Mémoire : le curcuma pourrait aider à la conserver

Plus d'articles