Présentez-vous un trouble panique ?

La peur peut nous angoisser et nous faire paniquer. C'est que la peur déclenche brutalement des manifestations physiques, elles-mêmes angoissantes, mais qui sont normalement très utiles pour préparer notre organisme à faire face à un danger. Mais parfois, la peur n'est pas justifiée, le raisonnement est erroné, se traduisant par une attaque de panique.
Publicité

Vos peurs et vos réactions correspondent-elles à un trouble panique ?

Le diagnostic de l'attaque de panique est porté lorsque durant une situation bien précise et limitée dans le temps, au moins 4 des symptômes suivants se manifestent de façon brutale, atteignant leur maximum en moins de 10 minutes :

Publicité
Publicité

  • Palpitations cardiaques.

  • Oppression respiratoire, sensation de souffle coupé, impression d'étouffement.

  • Crise de transpiration.

  • Tremblements ou secousses musculaires.

  • Sensation de vertige, impression d'évanouissement.

  • Sensation de tête vide, cotonneuse.

  • Sentiment d'irréalité, de dépersonnalisation (être détaché de soi).

  • Nausées.

  • Douleurs au ventre.

  • Picotements des extrémités, sensation d'engourdissement.

  • Peur d'une crise cardiaque ou d'étouffer.

  • Peur de mourir

  • Peur de perdre le contrôle de soi, de devenir fou.

Que se passe-t-il ?

' L'attaque de panique correspond à une suite de raisonnements logiques, mais qui reposent sur une interprétation erronée des réactions physiques déclenchées par la peur ', précise Christophe André*. Chaque interprétation étant fausse, elle amplifie l'angoisse, ce qui renforce l'intensité des réactions physiques. C'est un cercle vicieux qui s'installe à l'origine du trouble panique.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 14 Avril 2009 : 02h00
Source : " Le guide de psychologie de la vie quotidienne ", sous la direction de Christophe André, Editions Odile Jacob.