Prééclampsie : une complication de la grossesse à dépister précocement

La prééclampsie est une complication de la grossesse qui nécessite un dépistage précoce, suivi d'une prise en charge et d'une surveillance rapprochée. Elle se définit par l'apparition d'une hypertension artérielle après la 20e semaine d'aménorrhée, avec une protéinurie (protéines dans les urines). Ce qu'il faut savoir pour mieux prévenir.
PUB

La prééclampsie, une complication à dépister en début de grossesse

La prééclampsie concerne 1 à 7% des femmes enceintes.

Elle complique 3 à 7% des premières grossesses (primipares : premier enfant) et 0,5 à 1% des grossesses ultérieures (multipares). C'est la première cause decomplications materno-fœtales.

Le dépistage précoce de la prééclampsie est un facteur essentiel de l'amélioration des conséquences, parfois graves, tant pour le fœtus que pour la future mère, en permettant une prise en charge rapide, adaptée et efficace.

Quels sont les facteurs de risque de prééclampsie ?

En dehors des prises de tension artérielle et de la recherche mensuelle de protéines dans les urines, il existe un certain nombre de facteurs de risque de la prééclampsie :

PUB
PUB
  • antécédents de prééclampsie chez la mère ou une sœur ;
  • l'âge maternel élevé ;
  • la primiparité (première grossesse) ;
  • une union récente (brève période d'exposition préalable au sperme du père) ;
  • insémination avec donneur ;
  • anomalies des marqueurs sériques avec caryotype normal ;
  • obésité ;
  • antécédents de troubles du fonctionnement des plaquettes sanguines ;
  • affections auto-immunes ;
  • néphropathies chroniques ;
  • vie en altitude ;
  • stress physique et psychologique.

Certains signes doivent être recherchés :

  • céphalées ;
  • troubles visuels, auditifs ;
  • douleurs épigastriques (région supérieure et médiane de l'abdomen) ;
  • paresthésie des membres (sensation anormale sur la peau) ;
  • œdèmes des membres inférieurs ;
  • prise de poids récente ;
  • albuminurie (présence d'albumine dans les urines).
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 01 Décembre 2004 : 01h00
Mis à jour le Lundi 10 Septembre 2012 : 11h06
Source : Le Quotidien du médecin, 2 novembre 2004.