Pour gagner deux ans d’espérance de vie, levez-vous !

© jupiterimages

Selon une étude de grande envergure, passer plus de 6 heures par jour en position assise réduit l’espérance de vie de 20%. À noter que les femmes sont beaucoup plus sensibles à cette relation entre espérance de vie et position assise. Autrement dit, elles ont encore plus de bénéfices à attendre en passant plus de temps debout sur leurs jambes !

Publicité

La position assise n’est pas bonne pour la santé

En position assise, que ce soit devant la télé, dans un fauteuil pour lire ou au bureau devant un ordinateur, les muscles de nos jambes demeurent inactifs, et souvent durant de longues heures. Cette immobilité des jambes se traduit par des troubles circulatoires, perturbant les niveaux sanguins en lipides et en sucre. De telles anomalies pourraient au final se répercuter sur l’espérance de vie.

Publicité
Publicité

Au cours de cette étude, les données portant sur plus de 123.200 sujets ont été analysées. Il en ressort une diminution de l’espérance de vie de 20% chez les personnes ayant passé en moyenne plus de 6 heures par jour en position assise, par rapport aux sujets assis quotidiennement moins de 3 heures.

A noter qu’il existe une nette différence entre les hommes et les femmes, cette diminution de l’espérance atteignant 34% chez les femmes contre 17% chez les hommes.

Rester debout le plus souvent possible

En pratique, nous avons tous intérêt à réduire le temps que nous passons assis. Lorsque ce n’est pas possible, prenons le réflexe de nous lever très régulièrement pour faire marcher nos jambes.

Les femmes ont encore plus à gagner que les hommes à passer du temps debout !

Pour ceux et celles qui travaillent dans un bureau, ça vaut le coup de revoir ses loisirs pour y limiter les activités assises et compenser par de l’activité physique...

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 12 Juillet 2012 : 11h39
Mis à jour le Jeudi 12 Juillet 2012 : 14h14
Source : Katzmarzyk PT, Lee IM., BMJ Open. 2012 Jul 9;2(4). pii: e000828. doi: 10.1136/bmjopen-2012-000828. Print 2012.
PUB
PUB