Pilules de quatrième génération: le point sur les risques
Sommaire

Faut-il abandonner ces pilules de quatrième génération ?

Pas forcément, le risque restant très faible. Tout dépend un peu de l'histoire de la patiente par rapport à la contraception… mais surtout de son risque par rapport aux caillots.

En effet, certaines personnes sont génétiquement plus susceptibles de souffrir de caillots (on parle d'hypercoagulabilité). Pour elles, l'utilisation des pilules contraceptives de quatrième génération est bien entendu déconseillée.

Mais toutes les personnes qui sont dans ce cas ne le savent pas forcément! Il est donc important que les médecins, avant de prescrire la pilule, se penchent sur les antécédents de leurs patientes.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Gronich, N. et al., Canadian Medical association Journal, novembre 2007. Santé Canada.