La pilule contraceptive est aussi bonne pour la santé

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 09 Juillet 2013 : 11h13
Mis à jour le Lundi 15 Juillet 2013 : 16h33

Effrayées par les risques de thrombose veineuse liés à la prise des pilules de 3ème génération, de nombreuses femmes ont soit changé de pilule, soit arrêté la pilule. Une étude américaine nous rappelle que la pilule a aussi un effet protecteur intéressant à connaître contre le cancer de l’ovaire.

© getty
PUB

Des risques thromboemboliques très liés aux facteurs de risques cardiovasculaires

La panique engendrée par l’annonce de quelques cas d’accidents thromboemboliques sous pilule permit de bien redéfinir les bonnes pratiques de prescription médicale de la contraception. Elle a aussi permis d’obtenir enfin de vrais chiffres sur l’ampleur du problème. Ce n’est en effet que le 26 juin que le rapport final de la Sécurité sociale a rendu publics les chiffres officiels de tels accidents en France. La logique d’accès libre aux données publiques (ou open data) n’est en effet pas en place en France et seuls les organismes publics ont accès aux données de prescription médicale (SNIIRAM ou base de données de l’Assurance maladie).

Il en ressort que ces accidents thromboemboliques, comme l’embolie pulmonaire, l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral, sont effectivement doublés avec les pilules de 3ème génération, par rapport aux pilules de 2ème génération, comme les travaux scientifiques le laissaient déjà entendre. Il en ressort ainsi que ce risque est de 50 cas pour 100.000 personnes-années pour les 3ème génération contre 25 cas pour 100.000 personnes-années pour les 2ème génération. Ce risque est surtout important en début de traitement et en cas d’association avec d’autres facteurs de risques cardiovasculaires comme le tabagisme, l’hypertension, le diabète, et aussi l’âge.

PUB
PUB

Plus de pilules de 2ème génération et moins de pilules de 3ème génération

Ce constat a chamboulé la prescription de contraception en France, les pilules de 3ème et 4ème génération ayant beaucoup reculé, alors que celle des pilules de 1ère et 2ème génération a beaucoup monté. Les autres modes de contraception dont les dispositifs intra-utérins (ou stérilets) ont aussi beaucoup monté, ce qui explique qu’au final la prescription des pilules a diminué de 2,4 % en général.

Mais on peut aussi avoir une lecture positive de ce phénomène. En effet, pour une femme qui supporte bien sa pilule et qui ne présente pas de risque cardiovasculaire particulier, le risque d’accident thromboembolique reste très faible et est contre balancé par une protection contre le cancer de l’ovaire.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 09 Juillet 2013 : 11h13
Mis à jour le Lundi 15 Juillet 2013 : 16h33
PUB
PUB
A lire aussi
Après la pilule, le patch : à qui le tour ?Publié le 01/03/2013 - 09h26

Le patch contraceptif Evra® présentant une légère augmentation du risque de thrombose veineuse, l’Agence française du médicament estime qu’il doit s’agir d’un choix de seconde intention. Tout ce tapage médiatique autour de la contraception risque pourtant de causer des...

Pilule et risque cardiovasculaire : le pointPublié le 03/10/2005 - 00h00

Le risque cardiovasculaire attribué à la pilule reste discuté. Une analyse de la littérature publiée apporte des éléments convaincants sur ce sujet. Une occasion de rappeler les contre-indications de contraception orale par oestro-progestatifs.

Plus d'articles