Pas de cosmétiques pour bébé !

Non soumis à la même réglementation que les médicaments, les produits cosmétiques contiennent parfois des produits toxiques. Or ces mêmes cosmétiques sont offerts sous la forme d'échantillons gratuits aux mamans avant même leur sortie de maternité. Une opération marketing qui met en danger les bébés !

La valisette cosmétique remise à la maternité est une dangereuse opération marketing

Si vous avez accouché récemment, vous vous souvenez certainement de cette valisette en carton remplie d'échantillons et de publicité que le personnel soignant vous a remis à la maternité. Et si c'est donné à la maternité, c'est forcément " bon " pour le bébé ! Alors pourquoi ne pas tester tous ces produits sur la peau de bébé (laits, lotions, crèmes, lingettes, etc.) ? Parce que les cosmétiques ne sont pas des médicaments et qu'ils ne répondent pas aux mêmes règles de sécurité. C'est ainsi que nombre de ces produits peuvent contenir des substances toxiques, tels que paraben, EDTA, BHA, PEG, éthers de glycol, bisphénol A, etc. Certaines sont classées CMR (pour Cancérogène, Mutagène et toxique pour la Reproduction), tandis que d'autres sont interdites dans certains pays. Ainsi, les parabens par exemple, exercent un effet sur le système endocrinien. L'EDTA et le bisphénol A viennent tout juste d'être interdits dans la fabrication des biberons au Canada.

Des produits toxiques pour le bébé

Or ces substances sont encore plus particulièrement dangereuses chez le nouveau-né dont l'organisme est totalement immature. Selon le cancérologue Dominique Belpomme, " même de très faibles doses de perturbateurs endocriniens peuvent induire des cancers du sein ou de la prostate trente ans plus tard ". Il précise également que la voie cutanée employée par les cosmétiques est plus redoutable que les voies respiratoires ou digestives car la peau ne possède pas de système de détoxification.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Conférence de presse du Comité pour le développement durable en santé (c2ds), 18 septembre 2008.