À Paris, la pollution tue davantage les défavorisés

À Paris, les populations défavorisées sont-elles plus sensibles aux effets néfastes de la pollution atmosphérique ? L’Inserm répond affirmativement à cette question après une analyse des décès survenus entre 2004 et 2009.

Les effets de la pollution varient selon les profils socio-économiques

Notre capitale a été choisie comme cadre de cette étude pour deux raisons :

  • la concentration en polluants varie beaucoup en fonction des zones géographiques (selon Airparif, les plus polluées sont situées à proximité des grandes voies de trafic, le long du périphérique, de la Seine et dans le nord-ouest. La pollution en dioxyde d’azote étant essentiellement associée au chauffage et au trafic routier) ;
  • les quartiers accueillent des populations aux profils socio-économiques variés (les plus défavorisées étant principalement localisées à l’est et au nord de la ville, les plus favorisées dans le centre et la partie ouest).

Les catégories sociales modestes sont les principales victimes de la population

Après avoir analysé les causes de 79.107 décès survenus à Paris chez des habitants de plus de 35 ans entre 2004 et 2009, les chercheurs de l’Inserm concluent qu’il existe une hausse de la mortalité lors des pics de pollution. Mais ils montrent également que les personnes les plus défavorisées sont plus vulnérables aux variations de la pollution atmosphérique, même lors d’épisodes brefs de pollution. Exposée quotidiennement à des niveaux importants de pollution, cette population « subit un risque encore plus élevé lors des pics de pollution ».

Autrement dit, la pollution fragilise en continu les plus défavorisés, lesquels sont « emportés » plus facilement lors des pics de pollution.

Les effets de la pollution, qu’elle soit chronique ou ponctuelle, ne doivent pas être négligés. Il est nécessaire de s’en protéger quotidiennement, mais aussi de respecter les consignes lors des pics de pollution.

Pour ceux qui ont la possibilité de choisir leur lieu d’habitation : évitez la proximité des grandes artères et les rez-de-chaussée où se concentre lapollution. On recommande également de consulter les cartes de pollution pour notamment adapter ses activités : www.airparif.asso.fr.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Deguen Séverine, et coll.,   PlosOne, Published: July 21, 2015, DOI: 10.1371/journal.pone.0131463, http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0131463.