Obésité infantile et publicité : pas d'interdiction... il faut éduquer !
Sommaire

La publicité télévisée

Autre impact majeur de la télévision, l'exposition aux messages publicitaires. Selon l'Afssa, les pays dont les chaînes enfantines montrent le plus de publicités alimentaires comptent le plus d'enfants obèses.En France, le mercredi sur une chaîne pour enfant, 62% des sports publicitaires portent sur des produits sucrés et chocolatés, bonbons, boissons sucrées, etc. Et si la place réservée à la publicité dans les programmes adultes est de 7% (dont 42% portent sur l'alimentation), elle atteint les 10% lors des programmes pour enfants. Or avant l'âge de 10 ans, il est reconnu que l'enfant n'a pas de regard critique sur la publicité. C'est ainsi que l'Afssa déclare l'interdiction de la publicité alimentaire à destination des enfants comme une mesure « cohérente et proportionnée ».

De son côté, le Sénat s'est prononcé en faveur de l'éducation et non de l'interdiction, en imposant aux industriels d'ajouter une information sanitaire à leurs spots publicitaires. En cas de non-respect, ils devront verser une contribution destinée à financer la diffusion et la réalisation de messages de santé publique.Parallèlement, le Sénat propose de fixer par décret la liste des produits qui seront interdits à compter du 1er septembre 2005 dans les distributeurs présents dans les établissements scolaires.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Afssa, Communiqué du 6 juillet 2004, " Obésité de l'enfant : impact de la publicité télévisée " ; Sénat, Commission des affaires sociales, communiqué du 9 juillet 2004, " Le Sénat améliore le dispositif " anti-obésité " de la loi sur la santé publique ".