L'obésité accélère l'évolution vers le diabète

© getty

L'obésité est un facteur de risque bien connu pour devenir diabétique. Ce qui est de plus en plus confirmé c'est que l'amaigrissement freine l'évolution vers le diabète. Il n'est donc jamais trop tard pour agir.

Publicité

L’obésité mène au diabète

Avant de devenir diabétique, il est classique de passer par un stade dit « d'intolérance au glucose » (sucre), défini comme une anomalie de l'évolution de la glycémie lors de l'ingestion de sucre.

Le surpoids et l’obésité étant des facteurs de risque du diabète, il est intéressant de se demander si la perte de poids permet d’annuler cette évolution vers le diabète. Une étude apporte une réponse positive à cette question.

Publicité
Publicité

La perte de poids diminue le risque de diabète

L’objectif de cette étude était de savoir si le fait de normaliser son poids à l’âge adulte alors que l’on a été un enfant obèse, permet de diminuer son risque de complications et de retrouver un risque égal à celui des sujets qui n’ont jamais été en surpoids.

Plus de 6.000 enfants âgés en moyenne de 11 ans ont été suivis jusqu’à l’âge adulte, soit durant 23 ans. On retrouvait dans cette population tous les cas de figure, soit une majorité d’enfants de poids normal, qui ont maintenu leur poids à l’âge adulte, et 15% qui sont devenus des adultes obèses. Mais aussi des enfants obèses, qui le sont restés à l’âge adulte (82% d’entre eux) ou qui ont réussi à normaliser leur poids.

On constate ainsi qu’un enfant en surpoids devenu un adulte obèse a un risque dediabète multiplié par 4 ! Les autres risques de complications sont également accrus, avec un risque plus élevé d’hypertension artérielle, d’excès de cholestérol, et au final de maladies cardiovasculaires.

En revanche, chez les enfants obèses qui ont normalisé leur poids en grandissant, le risque de développer ces complications dont le risque de diabète est similaire à celui des sujets qui ont toujours eu un poids normal.

 
Publié par Dr Sylvie Coulomb le Samedi 22 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 11h50
Source : Heymsfield SB et al. Arch Intern Med 2000 ; 160 : 1321-1326