Nutrition : les tendances alimentaires de demain

La nature a le vent en poupe et les produits suivent : c'est l'ère du bio, l'émergence des « clean products », des « additifs et allergie-free ». Demain, le grignotage sera végétal et les barres chocolatées une friandise d'exception. La gastronomie se conjuguera de plus en plus avec terroir, label, et avec tout ce qui éloigne d'une empreinte industrielle ou commerciale.
Publicité

La santé, grande privilégiée ?

Une chose est sûre : bien-être, forme et santé reviennent déjà comme un fil rouge sur les packs et dans les communications. Ainsi, au dernier SIAL (Salon International de l'Alimentation), plus de deux produits sur trois mettent en avant un atout qu'ils auraient ou un inconvénient qu'ils n'auraient pas. Il y a toujours les produits « moins » : légers, allégés, et bien sûr les produits « plus » : à teneur garantie, enrichis Mais on parle aussi de produits « Top nutrition » qui s'adressent à des populations spécifiques (par exemple : du lait adapté aux futures mamans). Des produits « boosters », vite prêts et consommés, du top nutrition en concentré comme les boissons pour sportifs apportant une bonne rasade de vitamine C et d'acides aminés. Mais aussi d'aliments «nutrifonctionnels», garantissant des effets sur la flore intestinale, le sommeil, et même le moral et la sexualité Et nous n'en sommes qu'au début. Alors à quand la salade qui redonnera le moral, la blanquette qui fera maigrir et les gâteaux pour diabétiques ? Pendant que les chercheurs s'acharnent à trouver de nouvelles formules, espérons que le plaisir de manger continuera d'exister, même si nous faisons de plus en plus attention à l'équilibre alimentaire, lequel est lié à la variété et construit notre santé.

Publicité
Publicité

L'orthorexie : diététiquement, trop correct !

Quand vouloir manger sain tourne à l'obsession, cela mène à l'orthorexie. Un phénomène récent qui se caractérise par l'obsession de vouloir manger toujours plus sain. Les orthorexiques suivent donc des régimes très stricts, à ceci près qu'il n'est pas orienté vers une restriction en termes de calories ou de quantité (comme c'est le cas dans la majorité des régimes), mais vers une restriction en termes de qualité. Se nourrir peut alors tourner au cauchemar. On réfléchit durant des heures à la composition des prochains repas (lesquels sont parfois prévus plusieurs jours à l'avance), on passe des heures à vouloir dénicher les ingrédients parfaits (c'est-à-dire qui correspondent parfaitement à la notion «saine» que l'on s'est fixée), on ne peut plus manger au restaurant, les repas de famille sont proscrits, etc. Au final, l'orthorexie est plus un trouble alimentaire (comme la boulimie et l'anorexie) qu'une tendance !

 
Publié par Frédérique Lebel, journaliste santé le Lundi 24 Avril 2006 : 02h00
Source : Côté Santé, avril 2006.