Mortalité infantile en baisse grâce au diagnostic prénatal

Le diagnostic prénatal, associé aux interruptions de grossesse en cas d'anomalie, serait responsable de la baisse de la mortalité infantile au Canada. Il permettrait de repérer et d'éliminer les foetus non viables et diminuerait donc les risques de décès ultérieurs.
PUB

Les progrès du diagnostic prénatal permettent aujourd'hui de repérer de plus en plus tôt les anomalies pouvant survenir au cours du développement de l'embryon. Celles-ci peuvent avoir de lourdes conséquences sur le devenir des foetus et même entraîner la mort des nourrissons au-delà de la naissance.Une étude vient de montrer que la mortalité infantile avait chuté de plus de 10% entre 1995 et 1997 au Canada. Or, durant la même période, les interruptions de grossesses au 4e et au 5e mois de gestation ont considérablement augmenté. Les chercheurs pensent donc que l'efficacité du diagnostic prénatal dans la détection des anomalies congénitales est en partie responsable de la diminution de cette mortalité chez les jeunes enfants. En effet, les foetus non viables sont ainsi plus nombreux à être repérés et les grossesses peuvent être interrompues, ce qui évite des décès ultérieurs.Une utilisation politiquement correcte de l'IVG, qui apporte une pierre supplémentaire au débat sur l'avortement.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 15 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 17 Avril 2002 : 02h00