Mort subite du nourrisson : non au tour de lit !

© getty

Encore aujourd’hui, nombre de morts subites du nourrisson pourraient être évitées. L’incidence de cet accident étant stable depuis de nombreuses années, il est important de renouveler les campagnes de prévention visant à informer les parents en faveur d’un couchage sécurisé des bébés.

Publicité

Un grand nombre de morts subites du nourrisson sont évitables

Il y a une quinzaine d’années, les campagnes de prévention ont permis de faire chuter de manière très importante le nombre de morts subites du nourrisson, avec une baisse de 72% entre 1992 et 1997.

Depuis, l’incidence de cet accident ne diminue quasiment plus, s’étant stabilisé à 240-250 événements par an. Or selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Invs), nombre de morts subites du nourrisson sont encore évitables, justifiant la mise en place de nouvelles campagnes de prévention.

Publicité
Publicité

Comment prévenir la mort subite du nourrisson ?

Cette prévention repose sur l’information des parents quant au mode de couchage des bébés.

Deux points essentiels doivent être connus des parents et de toute personne s’occupant d’un bébé :

1) le couchage sur le dos,

2) le danger des accessoires dont le tour de lit.

Bébé doit dormir dans un environnement où il est impossible d’enfouir sa tête et de s’étouffer.

C’est pourquoi il faut l’installer sur le dos et non sur le ventre ni sur le côté, et sur un support pas trop mou. Exit donc les couvertures, oreillers, couettes, draps, peluches…

Bébé dort sur le dos dans une gigoteuse et rien d’autre !

Le tour de lit n’est pas non plus une bonne idée. Inspiré des cocons utilisés en néonatalogie pour le confort des prématurés, cet accessoire n’est pas adapté aux bébés nés à terme, lesquels peuvent s’étouffer dans ce support moelleux.

Enfin, attention, ne dormez jamais avec bébé dans votre lit !

L’adoption de ces règles de couchage pourrait encore faire chuter le nombre de morts subites du nourrisson.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 10 Juillet 2012 : 16h01
Mis à jour le Mardi 10 Juillet 2012 : 16h17
Source : La Croix, 9 juillet 1012. Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), http://www.inpes.sante.fr.
PUB
PUB