Migraine, pourquoi tant de malades sans traitement ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 12 Décembre 2005 : 01h00
La migraine peut faire souffrir terriblement, parfois plusieurs jours de suite, dans le noir, immobile, à attendre que la douleur cesse. Pourtant, nombreux sont les malades qui supportent stoïquement la douleur au lieu d'agir pour se faire soigner !
PUB

D'après le Dr Didier Rougemont, spécialiste de la migraine, les chiffres sont impressionnants : 1/3 des personnes qui souffrent de migraine ne consultent jamais, 25% consultent une seule fois dans leur vie et ne retournent plus jamais voir un médecin pour cette maladie ! Et même ceux qui vont consulter en parlent en moyenne à 1,6 médecin dans toute leur vie. C'est dire qu'il n'y a pas d'abus médical en ce qui concerne cette maladie. Bien au contraire, il semble exister une sorte de déni de la maladie, un frein à se faire soigner.

Mais pourquoi donc souffrir autant sans se soigner ?

PUB
PUB

D'après le médecin psychiatre Christophe André (1), les migraineux sont victimes de stéréotypes sociaux, d'idées reçues sur leur maladie.La personne migraineuse est perçue comme fainéante, tire au flan, cherchant des excuses pour ne pas travailler ou pour éviter les rapports sexuels. C'est l'image classique de la migraine souvent considérée comme une bonne excuse pour éviter ce qui demande des efforts.Le migraineux serait donc, d'après ces stéréotypes, le contraire d'un bon vivant motivé !C'est tout à fait faux ! Ce qui est étonnant, c'est que les personnes victimes de ces stéréotypes, quels qu'ils soient, ont tendance à y croire elles-mêmes, à les reprendre à leur compte, et cela plus ou moins consciemment. Un exemple : si je suis une femme et que la société sécrète l'idée que les femmes sont moins bonnes en maths que les hommes, même si je suis excellente dans cette matière à l'école, je n'aurais pas l'idée de faire des études de mathématiques pour devenir un futur Einstein. Je pense inconsciemment que je ne suis pas faite pour ça et pas assez douée, même si je suis un vrai génie !Pour la migraine, même si je souffre, je pense que j'exagère ma souffrance, que j'essaye de paresser et que je dois attendre que ça passe et faire comme si de rien n'était ! C'est pour cela qu'un grand nombre de migraineux ne vont jamais consulter, de manière à ne pas s'écouter ! Résultat, ils continuent à souffrir alors que des traitements extrêmement efficaces existent aujourd'hui !Que faire ? Changer les stéréotypes est difficile tant ils sont inscrits dans nos têtes sans même que nous en soyons conscients ! Il faut de réelles évolutions en profondeur et beaucoup de temps pour que cela change. Au moins, pouvons-nous encourager une personne qui souffre à se soigner, même si elle considère cela comme un luxe. Après tout, s'offrir un luxe, ça fait du bien !(1) Auteur de « l'estime de soi ».En savoir plus sur la migraine avec Astrazeneca

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 12 Décembre 2005 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Pas ce soir chéri, j'ai la migraine ! Publié le 12/12/2005 - 00h00

La migraine est réputée comme l'Excuse par excellence pour éviter un rapport sexuel ! Plus insidieux, l'idée que les femmes migraineuses sont peut-être des femmes inhibées sexuellement qui trouveraient un avantage certain dans leurs migraines, celui d'espacer les relations sexuelles. Qu'en...

Mal de tête : reconnaître une migraine chez les adosPublié le 24/06/2015 - 14h50

Les ados aussi peuvent souffrir d’une migraine ou d’une céphalée de tension. Comment les reconnaître ? Comment traiter les crises et surtout comment les éviter ? Petite revue sur la migraine à destination des ados mais aussi des parents pour qu’ils puissent les aider à surmonter cette...

La migraine, un handicap à combattrePublié le 12/03/2001 - 00h00

La migraine, on s'osait pas en parler de peur de passer pour « douillet ». Aujourd'hui, elle est reconnue comme une maladie pouvant entraîner un handicap important. Deux études américaines montrent sans conteste, avec chiffres à l'appui, qu'il s'agit d'un véritable problème de santé...

Plus d'articles