Méditation pour les enfants : le grand retour au calme

© Istock

Remplacer les heures de colle par de la méditation ? C’est ce qu’a mis en place une école de Baltimore aux États-Unis. En France, méditer n’est pas inscrit aux programmes de l'Éducation Nationale mais de plus en plus d’initiatives individuelles proposent des exercices de méditation pour les enfants. Exemple avec Laurent Dupeyrat, maître de méditation.

PUB

Méditation : des bienfaits pour petits et grands

Réduction du stress, de l’anxiété, de la colère, de la fatigue, des maladies chroniques, de l’hyperactivité, augmentation de l’attention, de la concentration, de l’empathie... Depuis quelques années, de nombreuses études scientifiques pointent les bienfaits de la méditation pour le corps et l’esprit chez les adultes. Et chez les jeunes ? A l’école primaire Coleman de Baltimore (États-Unis), les élèves turbulents et stressés sont invités à méditer et à faire des exercices de respiration durant 15 mn au lieu d’être punis. Les premiers résultats de cette expérience indiquent que, non seulement, ils arrivent à méditer en silence mais, progressivement, leur comportement change : quand ils ont envie de crier, par exemple, ils respirent profondément et se calment. En cours, ils sont plus attentifs et, en un an, aucun élève n’a été exclu de sa classe.

PUB
PUB

Méditation : les enfants hyperactifs sont plus concentrés

Rien d’étonnant pour Laurent Dupeyrat, maître de méditation depuis 15 ans : « Aux États-Unis, où la méditation moderne est en vogue depuis 30 ans, des recherches sur l’impact de la méditation sur des enfants déscolarisés montrent qu’ils arrivent à se resocialiser et à reprendre le chemin de la culture ».

Lui aussi obtient des résultats. Depuis 7 ans, il organise des séances de méditation pour les enfants de 5 à 15 ans : « Tous les enfants peuvent méditer à partir de 5 ans, avant c’est difficile de se concentrer, mais les effets les plus remarquables s’observent plus rapidement chez ceux qui sont hyperactifs ou stressés. Il suffit de trois séances, parfois, pour qu’ils soient moins agités. Avec un peu d’entrainement, ils réussissent à ramener leur attention à “ici et maintenant” et à laisser passer le flot de pensées et d’émotions qui les traversent ».

Quelques-uns cependant n’y parviennent pas : « Quand on est hyperactif, on a peur du vide donc son espace intérieur est déjà plein. Dans ce cas-là, les enfants réagissent tout de suite, ils disent que ça ne leur convient pas ».

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Lundi 24 Octobre 2016 : 10h57
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h15
Source : Entretien avec Laurent Dupeyrat, maître de méditation à Paris et co-auteur avec Johanne Bernard de « J’ai rendez-vous avec le vent, le soleil et la lune » (Ed° de La Martinière).
Site : www.je-medite.com
PUB