Maladies cardiovasculaires : première cause de décès chez les femmes de moins de 50 ans

Avec l’évolution de notre mode de vie (tabac, alimentation, sédentarité), les maladiescardiovasculaires sont devenues la première cause de décès chez les femmes de moins de 50 ans. Quelque 400 femmes jeunes en meurent chaque jour en France, avec trois fois plus d’infarctus au cours des quinze dernières années.

PUB

Les femmes de moins de 50 ans, de plus en plus victimes d’infarctus et d’AVC

Depuis une quinzaine d’années, le nombre de femmes de moins de 50 ans (avant la ménopause, l’activité hormonale étant censée protéger des maladies cardiovasculaires) victimes d’accident cardiovasculaire n’a cessé de progresser. C’est ainsi que 42% des décès féminins dans cette tranche d’âges sont désormais représentés par les maladies cardiovasculaires, contre 27% pour les cancers, indique la Fédération française de cardiologie (FFC). En cause : le tabagisme, la contraception, la sédentarité, le mode d’alimentation, l’obésité, etc. Les femmes sont aussi moins enclines à contacter les urgences et à attribuer les symptômes d’alerte à un trouble cardiovasculaire, qu’elles croient à tort l’apanage des hommes.

PUB
PUB

Les signes cardiovasculaires féminins à ne pas négliger

Les symptômes d’alerte de l’infarctus du myocarde chez l’homme sont aujourd’hui bien connus du grand public (douleur dans la poitrine qui irradie d’un côté du corps), permettant d’appeler les secours d’urgence et de prévenir l’accident ou les séquelles. Chez les femmes, ces signes sont souvent beaucoup plus discrets : douleur au milieu du dos, essoufflement, palpitations à l’effort, nausée, fatigue inhabituelle, sont autant de symptômes d’alerte à ne pas négliger et qui doivent amener à contacter le Samu (15).

Cette Journée mondiale du cœur du 29 septembre 2015 est l’occasion d’informer les femmes et de rappeler les trois périodes à risque que sont les années sous contraception, la grossesse après 35 ans et la ménopause.

Notre conseil : en parler à son médecin traitant afin qu’il évalue les facteurs de risque propres à chacune.

Publié le 29 Septembre 2015 | Mis à jour le 29 Septembre 2015
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Fédération française de cardiologie,  http://fedecardio.org.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés