Le chirurgien qui avait signé le foie de ses patients condamné à une amende

© Istock

Il avait signé le foie de deux patients au laser. Ce 12 janvier, le Dr Simon Bramhall a été condamné à un an de travaux d'intérêt général et une amende de plusieurs milliers d'euros.

PUB

La mégalomanie peut parfois mener à l'absurde… Et ça n'est pas Simon Bramhall qui dira le contraire. Chirurgien reconnu au Royaume-Uni, l'homme a été condamné à 10 000 livres d'amende (11 200 euros environ) et à un an de travaux d'intérêt général par la justice de son pays. Il a admis avoir signé le foie de deux de ses patients en 2013.

Ces deux personnes étaient au bloc opératoire pour bénéficier d'une transplantation hépatique. Une intervention longue, souvent complexe, qui nécessite plusieurs heures. A l'issue de ces opérations, le chirurgien s'est laissé aller à une excentricité. De son laser, il a signé le foie des patients, laissant une marque de 4 cm.

PUB
PUB

Il n'avait sans doute pas prévu qu'un de ses malades devrait retourner en salle d'opération. Hospitalisée à cause de complications, l'une des victimes a appris que son foie abritait les initiales du Dr Bramhall. Une source de traumatisme durable, d'après son avocat.

Un chirurgien arrogant et criminel

Face à ces reproches, le chirurgien britannique a fait amende honorable. Il a plaidé coupable, mais a aussi exprimé des remords que le juge a estimé sincères. C'est sans doute ce qui a poussé Paul Farrer à faire preuve de clémence.

"J'accepte que vous ayez été fatigué et stressé les deux fois, et j'accepte que cela ait pu affecter votre jugement" a-t-il déclaré au prévenu. Mais le magistrat a aussi noté "une arrogance professionnelle d'un telle ampleur qu'elle s'est égarée dans un comportement criminel."

Le Dr Bramhall devra donc se plier à des travaux d'intérêt général pendant une durée de 12 mois. Une peine difficile à évaluer car le dossier lui-même est hors du commun, comme l'ont souligné plusieurs intervenants. En attendant, cette affaire ne devrait guère améliorer la notoriété des chirurgiens, qui avaient déjà la réputation de se prendre pour des divinités.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés