Jeune homme 14-19 ans
Sommaire

Les vaccinations et le suivi médical

Les vaccinations : Il faut rester vigilant pour sa vaccination. Les maladies concernées sont potentiellement très graves. Liste des vaccinations entre 16 et 18 ans :

  • Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite : rappel.
  • Varicelle si maladie non survenue pendant l'enfance ou si non vacciné.
  • Rougeole, Oreillons, Rubéole : rattrapage si non fait.

Le suivi médical :

Coeur, poumon et sport : La pratique d'un nouveau sport doit être l'occasion d'une visite médicale d'aptitude. En cas d'essoufflements ne paraissant pas normaux, de toux ou de sifflements bronchiques, il faut consulter afin d'éliminer un asthme. Il en est de même en cas de malaise, un problème cardiaque pouvant être évoqué. Faire un bilan sanguin avant l'âge de 20 ans : glycémie à jeun et recherche d'une anomalie lipidique (cholestérol, triglycérides). En cas de prise de pilule contraceptive, ce bilan pourra être renouvelé tous les 3 ans et chaque année en cas de tabagisme. Consulter en podologie en fin de croissance, vers 15-19 ans, pour dépister toute malformation du pied facilement corrigeable.

Nez, bronches : La présence d'un écoulement nasal fréquent ou régulier ou d'une obstruction nasale chronique doit faire évoquer la possibilité d'une allergie respiratoire ou d'un asthme. Une toux après l'effort ou le rire, ou lors d'une exposition à la fumée de tabac doit faire penser à une hyperactivité bronchique associée à un asthme. De même des symptômes d'urticaire aiguë ou d'asthme après l'ingestion de certains aliments doivent faire suspecter une allergie alimentaire (lait de vache, poisson, arachide, soja, blé, etc.).

Peau : Le soleil peut nuire à la peau en favorisant les cancers cutanés (mélanomes). Il abîme la peau et accélère son vieillissement. Il ne faut donc pas en abuser :

  • Se protéger en utilisant des produits de protection solaire d'indice élevé.
  • Eviter l'exposition prolongée non protégée en cas de phototype particulier (peau claire, yeux clairs, cheveux clairs ou roux).
  • Consulter un dermatologue si grain de beauté ou bouton noir suspect.

La sexualité

La découverte de la sexualité est d'une certaine manière une école de responsabilité, d'engagement, de respect de l'autre et de soi-même. En complément des cours d'éducation sexuelle dispensé à l'école, le dialogue permet d'en aborder les trois principales facettes, dont chacune d'entre elles peut apporter des risques spécifiques :

  • Le risque d'infections sexuellement transmissibles. Chacun peut les transmettre ou les recevoir. La plus grave est mortelle, c'est le sida. Le préservatif est donc incontournable. S'il le faut, on peut s'entraîner à l'utiliser seul avant la première fois. Si la relation dure, après trois mois de fidélité, il sera possible de faire, ensemble, un test de dépistage du sida. Il s'agit d'une prise de sang qui peut s'effectuer dans un centre de dépistage anonyme et gratuit. Pour connaître l'adresse du centre le plus proche, téléphoner à " sida info service " au 0 800 840 800. Mais il faut savoir que même séronégatifs, le risque des autres infections sexuellement transmissibles est réel, sans l'usage du préservatif : l'hépatite B, l'herpès, la syphilis, le gonocoque, les candidoses, les chlamidiae, les mycoplasmes, etc... Elles sont moins graves. Cependant, tant que la vie sexuelle n'est pas stable, il est fortement conseillé de continuer à utiliser des préservatifs. En effet, l'hépatite B est génératrice de cirrhose et de cancer du foie et peut être mortelle, l'herpès très invalidant, et certaines maladies entraînent des stérilités. A savoir : en cas de relation sans préservatif avec une personne séropositive, on peut mettre en route, dans les quelques heures qui suivent, un traitement qui évite la plupart des contaminations. Il faut donc aller directement à l'hôpital !
  • Le risque de grossesse. Chacun en est responsable à 50 %. Et il est possible de devenir père sans l'avoir voulu. La contraception la plus sûre, c'est la " pilule contraceptive ". Il faut encourager sa partenaire à la prendre, l'accompagner au planning familial (les consultations et la pilule y sont gratuites), prendre ses responsabilités. Vérifier par soi-même que la pilule est bien prise. Il faut savoir que la " pilule du lendemain " existe. Elle peut éviter une grossesse en cas d'oubli de pilule contraceptive, de rupture du préservatif sans pilule, ou en cas de relation sans aucune protection.
  • Le risque de déchirement sentimental. Faire l'amour, ce n'est pas comme boire un verre d'eau ! Quand on fait l'amour, on devient responsable de l'autre. On lui fait prendre des risques qui sont aussi sentimentaux. Alors, attention à ne pas s'engager n'importe comment, à ne pas se faire du mal ou à en faire par manque de lucidité. D'une manière générale c'est sa vie, celle de ses partenaires, et aussi sa future vie de famille que l'on protège, et que l'on prépare par un comportement responsable.
  • IMPORTANT- suivi médical des organes sexuels : A partir de 15 ans, lui indiquer de faire tous les 3 mois une autopalpation des testicules et de signaler au médecin toute augmentation de taille de l'un d'entre eux. Diagnostiqué tôt, le cancer du testicule guérit très bien.
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Guide: 

Source :