Intrinsa® : un patch de testostérone pour rétablir la libido

Attention, ce patch délivrant de la testostérone ne s'adresse qu'aux femmes dont la baisse de libido a une origine hormonale, c'est-à-dire en cas de ménopause chirurgicale à la suite d'une hystérectomie (ablation de l'utérus et des ovaires). Son arrivée sur le marché étant imminente, le Dr David Elia* « plaide ici pour que les femmes, les médecins et les médias comprennent la vraie utilité de ce médicament ».

PUB

Qu'entend-on par ménopause chirurgicale ?

Dr David Elia : Après la ménopause, les ovaires ne produisent plus de progestérone ni d'estrogènes, d'où, respectivement, l'absence d'ovulation et les symptômes de carence oestrogénique dont les célèbres bouffées de chaleur faisant souffrir de nombreuses femmes.

En revanche, les ovaires continuent à fabriquer une autre hormone : la testostérone (en quantités bien sûr beaucoup plus faibles chez la femme que chez l'homme). Il s'agit en fait d'une hormone masculine, synthétisée en grande quantité par les testicules. Dans les deux sexes, elle est également produite par les glandes surrénales.

PUB
PUB

A la ménopause, les ovaires continuent donc à fabriquer de la testostérone alors que ce n'est plus le cas bien sûr si les ovaires sont enlevés (ovariectomie) pour une raison bénigne, un fibrome le plus souvent.

Aujourd'hui en France, on pratique environ 70.000 hystérotomies par an (ablation de l'utérus). Dans un cas sur deux environ, les médecins sont amenés à ôter les ovaires lors de cette intervention. On estime ainsi à un million les Françaises ménopausées chirurgicalement, âgées de 20 à 74 ans.

Quelle est la fonction de la testostérone chez la femme ?

Dr David Elia : La testostérone est l'hormone clé de la libido. Sans elle, une femme n'a pas d'envie sexuelle ni de fantasme, ni d'orgasmes. Les femmes dont les ovaires ont été enlevés, voient leur taux de testostérone chuter de 50%. Si cette baisse n'est pas compensée par les glandes surrénales, une diminution de l'appétit sexuel va survenir, voire un désintérêt total.

A noter que les femmes ayant subi une hystérectomie simple (seul l'utérus a été enlevé), peuvent aussi parfois (mais pas toujours) souffrir d'une baisse de libido. En effet, les ovaires ayant une vascularisation commune avec l'utérus, il arrive qu'en enlevant ce dernier, on sectionne les artères communes. Dans ce cas, même si les ovaires sont laissés en place, on obtient une ménopause chirurgicale.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 02 Janvier 2007 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Novembre 2011 : 13h45
Source :