Gynécologie : qu'est-ce qu'un polype utérin ?

© Istock

Par définition, un polype utérin est une tumeur bénigne de l'utérus. Le plus souvent, il n'occasionne aucun problème de santé mais un polype utérin doit quand même être surveillé : il peut nécessiter un traitement dans certains cas.

Publicité

Pas un mais deux types de polypes utérins

Les polypes utérins se développent au niveau du col de l'utérus ou dans la cavité utérine. Ces tumeurs bénignes peuvent être reliées à la paroi utérine par une sorte de "pied" plus ou moins allongé : on parle alors de polypes pédiculés. Les polypes sessiles, en revanche, sont fermement implantés dans la paroi. Dans un cas comme dans l'autre, les polypes utérins sont sensibles aux fluctuations hormonales du cycle menstruel, tout comme la muqueuse utérine dont ils sont issus. Ils sont nettement plus courants chez les femmes non ménopausées.

Publicité
Publicité

Polype utérin : une opération nécessaire dans certains cas

La plupart des polypes utérins ne déclenchent pas de symptômes. Le risque cancéreux est extrêmement bas, surtout avant la ménopause, c'est pourquoi les polypes asymptomatiques nécessitent rarement plus qu'une simple surveillance. Dans d'autres cas, les polypes utérins peuvent entraîner des règles trop abondantes et des saignements hors menstruations, au point de provoquer de l'anémie. Quand ils sont très gros et/ou mal positionnés, ils peuvent aussi entraîner des troubles de la fertilité. Il existe également un risque de torsion pour un polype pédiculé, provoquant alors de vives douleurs... Dès qu'un polype utérin présente une gêne importante, il doit être traité. Des médicaments peuvent suffire pour les plus petits mais quand ils sont plus volumineux, une ablation chirurgicale est nécessaire.

 
Publié par La Rédaction E-Santé le Lundi 27 Août 2018 : 16h00