Fumeur : risquez-vous un cancer de la plèvre ?

Publié le 10 Mai 2010 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
Le tabac est le facteur de risque majeur du cancer du poumon. Mais les fumeurs risquent-ils d'autres types d'affections des poumons comme le pneumothorax et le cancer de la plèvre (mésothéliome) ? Le point sur ces affections des poumons et leurs relations avec le tabac.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Tabac et cancer de la plèvre


Le cancer de la plèvre ou mésothéliome est surtout dû à l'amiante mais le tabac constitue aussi un facteur de risque important. D'ailleurs, le risque de mésothéliome est fortement accru chez les personnes exposées professionnellement à l'amiante qui sont en plus, fumeuses.

Ce cancer est rare (1.000 cas diagnostiqués chaque année en France), mais très agressif et de mauvais pronostic. Souvent confondu avec le cancer du poumon, il touche pourtant au début spécifiquement la plèvre, membrane qui entoure les poumons et tapisse le thorax. Les fibres d'amiante et les substances cancérigènes présentes dans la fumée du tabac migrent jusqu'à la plèvre et déclenchent une inflammation suivie d'une cicatrisation fibreuse. Les cellules mésothéliales finissent par se transformer en tumeurs malignes.

Quels sont les symptômes d'alerte ? Des difficultés respiratoires et des douleurs thoraciques principalement, mais aussi : perte de poids, fièvre, sueurs nocturnes, toux.

L'amiante favorise aussi la pleurésie


A noter que l'amiante augmente également le risque de pleurésie ou inflammation de la plèvre. Cette affection se traduit aussi par une douleur thoracique aiguë, s'aggravant lors d'une respiration profonde ou de la toux. En raison d'une inflammation, les deux feuillets ne glissent plus normalement l'un sur l'autre, les mouvements deviennent alors douloureux. Essoufflement, fièvre, frissons, toux sèche et malaise général complètent le tableau.

Mais contrairement au cancer de la plèvre le diagnostic de pleurésie est facile car le bruit que font les feuillets en se frottant l'un contre l'autre est caractéristique et repérable au stéthoscope.

Tabac et pneumothorax


Pour en revenir au tabac, il représente aussi un facteur de risque d'une autre affection des poumons : le pneumothorax. Il s'agit cette fois d'un épanchement d'air dans la plèvre, à l'intérieur du double feuillet, pouvant repousser le poumon. En effet, si l'air ne s'évacue pas, il se crée une pression sur le poumon. Il s'en suit une douleur thoracique aiguë à l'inspiration profonde et lors de la toux, et une gêne respiratoire, dont un essoufflement. Le diagnostic de pneumothorax est porté en détectant le bruit d'un manque de souffle.

Bonne nouvelle, l'arrêt du tabac a l'avantage de diminuer tous ces risques pulmonaires...

Source : Institut national du cancer (INCa), www.e-cancer.fr ; Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Editions Robert Laffont.