Faut-il vraiment manger des topinambours ?

Publié le 27 Janvier 2013 | Mis à jour le 28 Janvier 2013
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne
© Istock
PUB

Sûrement pas vous diront les seniors pour qui ce légume est associé aux privations de la Seconde guerre mondiale ! Les sacro-saintes patates étant réquisitionnées par les occupants, on fut bien obligé de se rabattre sur les topinambours.

Oui, vous diront un grand nombre de Chefs qui mettent souvent ce tubercule à leur carte. Il a un petit goût d'artichaut, il est délicieux,

PUB
PUB

Bof… à vos risques et périls, vous dira la diététicienne.

Pourquoi ?

Le topinambour est une plante vivace cultivée de tout temps pour ses tubercules.

Ceux-ci ont une composition proche de celle de la pomme de terre : un peu de protéines (2 g pour 100 g), pas de lipides et des glucides : 17, 5 % environ.

MAIS

A l'inverse de la pomme de terre, ces glucides ne sont pas tous de l'amidon, parfaitement digeste. La moitié est composé d'inuline. Or, contrairement aux autres animaux, nous ne sommes pas équipés pour digérer ce glucide ; nous n'avons pas les enzymes nécessaires pour le dégrader.

Le résultat, c'est que ça fermente ferme dans nos intestins. Et ce d'autant plus que le topinambour est riche en fibres.

Et quand ça fermente, que se passe-t-il ? On pète ! C'est pourquoi le topinambour figure dans ce charmant livre des Editions de l'Épure : Les plats qui font pête r.

A cause de cette inuline qui n'est pas digérée, le topinambour a un index glycémique très faible et de ce fait est souvent recommandé aux diabétiques…. On ne les avertit pas toujours de l'inconvénient flatulences.

Paule

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés