Euthanasie: un colloque à l'Assemblée ne résoud pas le problème
Sommaire

La cour européenne des droits de l'homme

Alors que les débats se poursuivent, la Cour européenne des droits de l'homme s'apprête à traiter en urgence la demande d'une citoyenne britannique, devant 20.000 dossiers en attentes. Diane Pretty, 43 ans, est atteinte d'une sclérose latérale amyotrophique en phase terminale qui la paralyse presque entièrement. Avec une espérance de vie limitée, mais n'ayant rien perdu de sa lucidité, Diane demande le droit de mourir dans la dignité. Mais pour mettre fin à ses jours, elle a besoin de l'assistance d'un tiers. Son mari serait prêt à l'aider, mais selon la loi britannique, qui interdit l'euthanasie, il encourrait jusqu'à 14 années de prison. Dianne a donc déposé une demande d'autorisation auprès des tribunaux britanniques qui la lui ont refusé. Elle a alors porté sa demande devant la Cour européenne, en invoquant notamment l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme, qui interdit les traitements inhumains et dégradants, un article qui garantit la vie, mais qui pourrait être appliqué à la mort. Si la décision du jugement était favorable, elle pourrait obliger les tribunaux britanniques à revoir leur copie et ferait jurisprudence.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :