Être sportif et diabétique : les consignes alimentaires à connaître
Publié le 08 Juillet 2016 par Hélène Joubert, journaliste scientifique

Sportifs diabétiques ou non, règles nutritionnelles identiques

PUB

Les règles nutritionnelles pour un diabétique qui décide d’entrer dans un programme sportif intensif sont de bon sens :

PUB
  • L’hydratation, comme en population générale, est primordiale pour le diabétique pendant l’exercice et en phase de récupération, d’autant plus que l’hyperglycémie augmente légèrement la production d’urine (diurèse). Il faut privilégier l’eau sans adjonction de produits sucrés pour des exercices ne dépassant pas deux heures. Si l’exercice dure plusieurs heures (randonnée), un peu de sucre peut être ajouté dans la ration hydrique (ou ingérer 20g de glucides toutes les heures) et augmenter l’apport en glucides des repas dans les jours qui précèdent le sport intense.
  • Les glucides doivent constituer une part normale de l’alimentation des personnes diabétiques. Le diabétique sportif doit équilibrer ses repas entre glucides-protides-lipides (respectivement 45-50%, 15% et 25-30%) de la même manière qu’un non-diabétique comme tout sportif dont la dépense énergétique est majorée. La proportion des hydrates de carbone dans la ration calorique quotidienne est d’autant plus élevée que l’activité physique est plus importante. Cet apport doit se faire essentiellement sous forme de pain, pâtes, riz, féculents et, dans une moindre mesure, de fruits et de lait.
  • Lorsqu’on fait de la musculation, la surcompensation protéique est non seulement inutile mais peut être nocive car elle augmente le débit de filtration du rein, ce qui n’est pas conseillé chez une personne diabétique.

Pr Martine Duclos : « Dans tous les cas, aucun besoin d’ajouter des antioxydants, vitamines ou compléments alimentaires. Une alimentation équilibrée apportera en quantité nécessaire et suffisante les vitamines nécessaires. En cas de crampes répétées, il faut penser à l’hydratation pendant et après l’exercice. »

Source : D’après un entretien avec le Pr Martine Duclos, endocrinologue et physiologiste, chef du service de Médecine du Sport au CHU de Clermont-Ferrand.