Enurésie ou pipi au lit, quelles sont les solutions ?

L'énurésie nocturne, ou pipi au lit, est une pathologie fréquente qui touche 10 à 20% des enfants de 5 ans et 8% des enfants de 7 ans. Si l'enfant ne le fait pas exprès, il n'en subit pas moins les conséquences. Lorsque l'énurésie devient socialement inacceptable, il faut envisager un traitement en collaboration avec son médecin, en impliquant activement son enfant.
PUB

Qu'est-ce que l'énurésie ? Quelles conséquences pour l'enfant et la famile ?

L'énurésie désigne une émission d'urine complète, normale et incontrôlée durant le sommeil. On parle d'énurésie primaire lorsque l'enfant n'a jamais été propre et d'énurésie secondaire lorsque cette pathologie survient après une période de propreté.

Des répercussions sur la vie de l'enfant et celle de sa famille

Les conséquences de l'énurésie sont financières : lavage, repassage des draps, couches, traitements éventuels. Elles sont aussi psychologiques : selon certaines enquêtes, l'énurésie d'un enfant s'accompagne d'un sentiment de culpabilité chez les parents et d'échec éducatif.

PUB
PUB

L'énurésie est à l'origine de dysfonctionnements familiaux divers : mauvaises relations parents/enfants, punitions, brimades, sujet tabou familial, etc.

Quant aux répercussions sur l'enfant, elles sont sociales, mais aussi scolaires et psychologiques. Notamment, l'enfant s'isole, il refuse d'aller dormir chez des amis, il manque de confiance en soi, etc.

Enurésie : la première consultation

Lorsque l'énurésie n'est plus acceptable, une consultation s'impose.

Elle vise à confirmer le diagnostic, c'est-à-dire que le médecin doit éliminer une éventuelle cause physiologique ou pathologique (trouble urinaire associé, dysfonction vésicale…).

L'autre temps fort de cette première consultation est l'entretien entre l'enfant, les parents et le médecin, afin d'évaluer le retentissement familial, de dédramatiser la situation, de déculpabiliser, de rassurer l'enfant sur sa "normalité" et d'évaluer sa motivation.

En effet, la réussite du traitement repose sur la coopération de l'enfant. S'il ne se sent pas prêt à participer activement, le traitement peut être différé.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 25 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Mardi 19 Novembre 2013 : 09h51
Source : Le Quotidien du Médecin, 4 avril 2009.
PUB