L’enfant surdoué, portrait-robot
Sommaire

Enfants surdoués : les erreurs à ne pas commettre de la part de parents

La première des erreurs est de maintenir son enfant "surdoué" dans un état de toute puissance, encouragé en cela par des parents fiers et peu au courant de cette rude étape, pourtant indispensable dans l’évolution d’un enfant.

Tous les enfants vers l’âge de 2-3 ans découvrent que les adultes écoutent leurs caprices. Puis, cette impression de toute puissance est contrecarrée par la loi, la morale, la société. Ils se sentent remis en question. Lorsque l’enfant perd ou n’obtient pas ce qu’il veut, la crise est inévitable. Mais comme chez les enfants doués tout est amplifié, cela peut prendre avec eux (mais pas chez tous) des proportions épouvantables. Il ne faut pas négocier. Négocier avec un enfant c’est déjà être sûr de perdre, les enfants surdoués ayant quantité d’arguments auxquels il faut se garder de céder.

La seconde erreur est de banaliser et ne pas se soucier des problèmes de motricité fine sous prétexte qu’ils sont si intelligents par ailleurs et que cela ne semble pas porter à conséquence.

Une autre erreur commune est de prendre son comportement vis-à-vis des autres pour de l’"autisme". Les personnes autistes ne déchiffrent pas les émotions des autres sur leur visage.

Arielle Adda : « Une erreur fréquente est de vouloir à tous prix que ces enfants doués se lient d’amitié avec des enfants "non doués". Au contraire, il faut favoriser la fréquentation d’enfants comme eux, avec lesquels ils pourront créer de véritables amitiés. Leur soulagement est si grand que c’en est presque indispensable. Il existe des associations spécifiques dans la douance qui leur proposent toutes sortes d’activités. Les adultes doivent leur renvoyer une belle image d’eux, en faisant ressortir leurs qualités, en leur disant par exemple qu’il est normal qu’ils n’aient pas d’ami car les autres ne s’intéressent pas aux mêmes centres d’intérêt, peu d’enfants lisent les mêmes livres qu’eux. Il en va de même pour les adultes : par bonheur, il existe des associations comme Mensa (club international de personnes à haut potentiel intellectuel)* qui leur permet de se retrouver entre eux ».

Donner le sens de l’effort aux enfants surdoués, dès la maternelle !

L’échec scolaire au collège est bien souvent l’élément révélateur d’une douance. Le piège est de ne pas le comprendre et de l’interpréter de façon erronée comme une "phobie scolaire". Cette attitude est plutôt à mettre en rapport avec le perfectionnisme et l’absence du sens de l’effort de l’enfant. S’il ne veut plus aller à l’école c’est parce que cela devient insupportable ; de l’image de bon élève brillant sans le moindre effort, il s’effondre sans comprendre pourquoi, en pensant qu’il a perdu son don. L’image qu’il a de lui-même devient catastrophique. Prendre en charge l’enfant pour "phobie scolaire", c’est alors passer à côté du vrai problème.

Arielle Adda : « Il faut plutôt leur apprendre des techniques de travail, enseignées par des pédagogues formés au fonctionnement cognitif particulier de l’enfant doué. Pendant des années, il leur suffisait d’écouter la maîtresse d’une oreille distraite pour savoir une leçon par cœur et récolter un 20/20. Ils doivent apprendre à stocker l’information, faute de quoi leur très grande compréhension immédiate ne leur sera d’aucun secours pour reproduire ou résoudre des problèmes à distance. Tout aura été effacé. Il faut être attentif à la baisse des résultats scolaires, s’en préoccuper et donner le sens de l’effort dès la maternelle. Certains enfants ne supportent pas d’avoir une mauvaise note. Ils se donnent tout seuls les moyens, élaborent des méthodes personnelles et parviennent à inverser la courbe des résultats scolaires ».

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : D’après un entretien avec la psychologue Arielle Adda (Paris)
Pour en savoir plus :
Arielle Adda a rédigé de nombreux ouvrages dont "L'enfant doué : l'intelligence réconcilée" (Ed Odile Jacob) et "Le livre de l'enfant doué" (Ed Solar) 
Les chroniques d’Arielle Adda : http://www.journaldesfemmes.com/account/arielle-a-5029160
* www.mensa-france.org
 
La rédaction vous recommande sur Amazon :